1

Publié le 24/01/2008 à 13:26
Édité le 24/01/2008 à 13:26

Elect The Dead 8/20

Après un premier album solo en 2003, Serart, complètement barré et quelques pérégrinations contestataires aux côtés de Tom Morello dans Axis Of Justice, Serj Tankian nous a livré son dernier effort, Elect the Dead, à la fin 2007.
Le premier single, Empty Walls, fait largement penser à du System Of A Down, avec des changements de rythme évocateurs. Ce ne sera pas le seul, tant cet album fait explicitement référence aux premières réalisations du groupe, mais avec une réussite bien moins évidente. Nombreux sont les titres qui tombent dans le travers du déjà-vu, pour l'originalité on repassera. Je veux pour exemple Lie, Lie, Lie, qui, malgré son titre nous plonge dans une ambiance de Teletubby à grosses guitares, franchement déconcertante. De même pour Baby, dont la niaiserie des paroles atteint un niveau rarement atteint, et plutôt décevant pour quelqu'un comme Serj Tankian. Jugez plutôt : « baby, I miss you. ». En jouant sur l'émotion, il parvient quand même à tirer son épingle du jeu avec Saving Us, avec son refrain des plus efficaces doublé d'une performance vocale assez impressionnante. Autre grief, les voix doublées à l'octave supérieur et les vocalises du type lalala, qui, même si elle étaient déjà présentes sur des titres comme Cigaro de System Of A Down, le sont trop ici. Enfin, la production, à laquelle j'attache une importance majeure, est faible, si bien que la batterie est souvent sous-mixée pour un rendu assez flou et qui mériterait plus de puissance.
En définitive, Elect the Dead est un album en demi-teinte. Si le fond reste engagé, pour certains titres uniquement, la forme dessert l'ensemble de l'album, tant au niveau de la composition que de la production. Du déjà-vu, voilà ce que l'on ressent à l'écoute de cet album. Ne reste plus qu'à voir si Daron Malakian va faire mieux avec son propre album solo.

Pierre

> Commenter le blog. 8 commentaires  Tags :

1