Publié le 01/09/2013 à 08:54
Édité le 01/09/2013 à 11:33

Sugar Man

C'est l'histoire d'un mec, Sixto Rodriguez, qui compose et interprète de fantastiques "folksongs", dans la lignée des Dylan et autres Simon & Garfunkel, au tout début des années 1970 à Detroit (Etats-Unis) et qui, malgré deux excellents 33-tours, ne perce absolument pas, ne trouve pas son public, se plante complètement et finit par sombrer corps et âme. La loose, quoi. Ni succès ni estime, que ce soit aux Etats-Unis, en Europe ou sur n'importe quel autre territoire où la "pop-culture" ait pris pied.
L'histoire pourrait s'arrêter là et ressembler à tellement d'autres qu'elle ne mériterait pas obligatoirement d'y prêter attention. Sauf que voilà, le même Sixto Rodriguez et ses même albums auront bien involontairement rendez-vous avec l'Histoire en provoquant un effet cataclysmique sur la (jeune) population (blanche) impliquée dans la lutte anti-Apartheid en Afrique du Sud durant une vingtaine d'années (et même au delà). Avant que d'inimaginables retrouvailles ne puissent se produire.
Désolé d'avoir ainsi défloré le sujet mais n'importe quel autre synopsis dépeindra, grosso-modo, la même situation. Car telle est l'étonnante trajectoire mise en lumière par Malik Bendjelloul à travers un documentaire ayant la forme de l'enquête journalistique. Si on peut trouver que "Sugar Man" a été gratifié un peu trop facilement d'un "Oscar du meilleur film documentaire", peut-être plus grâce à l'originalité du sujet traité qu'à sa mise en forme parfois convenue, il ne démérite absolument pas, outre de nous faire goûter aux joyaux musicaux de Rodriguez, de nous interroger. De nous interroger et de nous faire réfléchir sur les conditions d'une réussite ou d'un échec, sur les facteurs qui conduisent telle ou tel à mener cette vie et pas une autre ou encore sur la construction du vedettariat.
A la croisée du rock et de la sociologie, de la chanson et de l'anthropologie, du documentaire et de la musique, du cinéma et de la politique, "Sugar Man" permet de se demander comment il se fait qu'un peintre accompli ou qu'un numismate des plus pointu dans son domaine fassent bouillir la marmite en allant à l'usine, qu'une légende du rock'n'roll aurait certainement dû vivre dans la rue (et y mourir quelques mois plus tard) si il n'avait rencontré X ou Y à un certain moment ou, comme il est démontré avec Sixto Rodriguez, qu'il soit possible de passer sa vie à démolir des immeubles alors qu'on est adulé à quelques milliers de kilomètres de là.
Certains appellent ça fort paresseusement "le destin". D'autres préfèrent chercher d'autres explications...



"Sugar Man" de Malik Bendjelloul. Sorti en salles le 26/12/2012. 86 minutes. Couleur.


Discographie de Sixto Rodriguez :
- Cold fact - 1970 - Sussex
- Coming from reality - 1971 - Sussex
Ces deux albums studio ayant bénéficié de multiples rééditions en LP et, plus récemment, en CD.


_

> Commenter le blog. 1 commentaire  Tags : ,,,

Commenter
Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.

Partager: facebook delicious blogmarks yahoo digg myspace

le 02/09/13 à 12:12 Par Anonyme

[-] Re: Sugar Man

Superbe film

Répondre Citer

 

Index Revenir en haut de page