Zero Absolu - Halo Le 14 janvier dernier Dans les bras de Morphée se dévoilait au monde, et il y a quelques heures tu étais de nouveau sur scène pour présenter le nouveau Zéro Absolu. Dis-moi, comment s'est passé ce premier volet d'une longue série de concerts ?
Pour l'instant les premiers concerts d'après sortie d'album sont encourageants, pourvu que ça continue. Avec les nouveaux morceaux j'ai surtout essayé de donner une dimension "live" que je n'avais réussi que moyennement auparavant.
As-tu travaillé une nouvelle mise en scène pour confirmer en live la nature onirique de l'album ?
La mise en scène est plus ou moins la même qu'avant, j'essaye de mettre le plus souvent les vidéos, mais après c'est surtout musicalement que le projet s'est développé, j'ai surtout appris des défauts des anciens morceaux, trop de boucles, trop répétitif etc . Le live est très important pour moi, et j'ai tout mis en œuvre pour me sentir le plus à l'aise possible. Je pense que les nouvelles zics fonctionnent mieux, après on verra bien, c'est peut être un peu tôt et je n'ai surement pas assez de recul.

Il me semble que Du vide au néant s'attardait davantage sur une critique de la société actuelle : le désintérêt général pour l'écologie, le capitalisme, les travers de l'Humanité, alors que Dans les bras de Morphée semble entamer une démarche plus personnelle, de l'ordre de l'immatériel, de l'inconscient, du "moi" en introspection avec lui-même. Le premier album ne reflétait-il pas ton point de vue sur le monde et le second une retraite hors de cette réalité ?
Je pense surtout que sur Du vide au néant, je m'attardais sur des problèmes de société bien marqués comme tu disais sur un thème précis, par exemple sur l'écologie alors que sur le nouveau j'ai voulu faire passer dans le disque des insomnies surtout plein de sujets mis en vrac, comme quelqu'un passant d'une pensée à une autre sans transition, après je parle quand même de religion, d'homophobie, de discrimination positive, d'individualisme, de bonne conscience collective. qui sont tout autant des sujets de société, et donc mon point de vue sur ces choses. Le tout est bien mélangé et dispersé au travers de plusieurs morceaux, cela donne peut-être un impact moins important, et pourtant je trouve les textes bien plus engagés. Ensuite le truc que j'essaye à tout prix d'éviter c'est le prosélytisme et la démagogie, les textes sont importants pour moi, mais j'ai pas envie de jouer au donneur de leçons, et donc je laisse les gens les prendre comme ils veulent, s'ils le veulent. Ensuite oui il y a aussi une pars d'introspection, car en général dans les nuits d'insomnies c'est ce qu'on fait.

Comparé à Du vide au néant il y a pourtant moins de samples nous livrant des messages, est-ce pour accentuer le caractère impalpable des songes dans lesquels les voix se fondent dans l'inaudible ?
Oui, quand j'ai commencé l'écriture de l'album je voulais plein de récits de rêves. Et au final, pas grand chose m'a plu, et je me suis rendu compte que pas mal de morceaux fonctionnaient en instrumental, j'ai pas cherché à forcer le truc. Du coup je me suis dit que sur un disque sur les "rêves" les textes et samples c'était pas vraiment le top, et que ce serait bien mieux que chacun se fasse sa propre idée, son petit rêve. C'est tout de même cool de ne pas trop guider l'auditeur, et marrant d'avoir des avis différents sur un seul et même morceau. Après c'est surtout dans le disque sur les rêves, car dans le disque sur les insomnies, il y a quand même pas mal de samples.

Le clip "Peaux mortes" nous montre des images contemplatives de la nature : le soleil, la forêt, un cerf, avant qu'une jeune femme ne fasse son apparition. Ces êtres nous apparaissent bien vivants, alors pourquoi l'avoir choisi pour illustrer ce morceau ?
Haha ! Je ne peux pas répondre à la place de Florent qui a fait la vidéo. En fait cet été on a bossé sur des photos avec Laurianne Conesa qui me suit et m'aide depuis le début. Je voulais prendre en photos des petites "Alice" pour faire un peu Alice au pays des merveilles, et après la session photo, Florent Clavel, qui a donc fait les images vidéos, a filmé les deux filles sur la lancée pour qu'il y ait un rapport avec les photos de la pochette et les visuels etc. ensuite les biches et animaux de la forêt je crois que c'est métaphorique, ou peut être était-il un cerf dans une autre vie ? Mais il faudra lui poser la question, je le ferai, promis. Je lui ai vraiment laissé toute la liberté de faire ce qu'il voulait, et vraiment je ne suis pas déçu, ça colle parfaitement avec la zic je trouve. C'est sa première vidéo, et je crois qu'on peut l'encourager à continuer.

Tu es maintenant sur le label Humanist Records, cela t'a-t-il permis de rencontrer de nouveaux groupes dont tu te sens solidaire ou avec lesquels tu aimerais tourner ?
Humanist Records est le très jeune label monté par les potes de Bye Horus, pour l'instant nous sommes surtout 3 sur le label : Bye Horus donc, Gunfire in a juke joint et Zéro Absolu. Donc nous nous connaissions déjà tous avant, et comme son nom l'indique, le label est un label d'êtres humains. Je pense pas me tromper en disant que le plus important mis à pars le fait qu'on est tous fan de la musique des autres, c'est que humainement on soit vraiment tous des potes, comme un petite famille. On est tous motivé, on a tous envie d'aider les autres, c'est vraiment un label humaniste. Le label a produit donc une édition vinyle très classe de Dans les bras de Morphée, et booke en ce moment une tournée de 10 jours pour Gunfire et Zéro Absolu en avril. C'est super, je vais pouvoir utiliser les guitaristes de Gunfire comme esclaves sexuels tous les soirs pendant 10 jours. Miam.
Zero Absolu - Black & white Oh je vois que tu vas bien t'amuser.
Plus sérieusement je pense et espère que le label va se développer et s'étoffer en gardant cet esprit, et qu'on va bouger, et rencontrer plein de groupes qui sont dans la même optique.

Pour revenir sur la création du groupe, même si Zéro Absolu est né de ton impulsion et que tu en es le seul membre, c'est un régal de constater que tu t'es de nouveau entouré de personnes extérieures. En plus des paroles en français, on trouve des contributions en anglais avec Cassandra l'herminier, Erynn Lynn, et en suédois avec Alexsandra Brzezinska. Les connaissais-tu avant ou les as-tu contacté pour les besoins de l'album ?
Oui, ce sont toutes des personnes que je connaissais déjà. Cassandra me suis le plus souvent sur les dates, elle me manage comme elle peut, elle est bilingue et m'a corrigé toute les fautes d'anglais que j'ai écrit dans les textes. Elle a juste posé sa voix, car la mienne en spoken word anglais, j'avais un accent insupportable. Eryn est une pote américaine, et Alexandra une pote franco-suédoise, pour l'anecdote, je l'ai enregistré la veille de son départ pour un an au Japon, elle a bien failli ne pas être sur l'album, le hasard fait bien les choses non ?
C'est vrai que tu t'en sors bien dis donc...
En ce qui concerne les participations, c'est un truc que je voulais faire mais différemment par rapport à Du vide au néant je voulais de vrais participations, comme "Quand dorment les anges", "Northern lights" et "Highgate" où Wendy, Phil (Neeskens) et Romain (I Pilot Daemon et Jin Baker) posent vraiment leurs voix, et pas seulement du spoken word. J'ai adoré ces collaborations, je me considère tellement peu comme chanteur, que c'était agréable de faire un truc avec eux.

Vu le nombre de dates et l'accueil du public, Zéro Absolu ne devrait pas nous quitter avant très longtemps, surtout si tu as déjà de nouvelles idées pour nourrir le futur. Certaines thématiques t'inspirent-elles suffisamment pour savoir qu'elles nourriront la suite de tes aventures ?
Pour l'instant je me consacre au live, je cherche toujours des dates, je souhaite passer au moins l'année à défendre le nouvel album sur scène en France et surtout à l'étranger. J'aime jouer, j'aime voyager, donc je fais tout pour.
Sinon, oui j'ai le thème du prochain album, mais je ne dirais rien pour l'instant. J'ai même plein d'idées de nouveaux morceaux, mais avant de m'y mettre je souhaite d'abord investir dans un nouvel instrument, et là encore je garde encore mes petits secrets pour moi tant que c'est pas fait. Des projets j'en ai plein.

En attendant tu joueras le 3 février au Cri de la Mouette avec Akira & The Airborne Particles. La péniche accueillera ainsi deux groupes bien connus de la région Midi-Pyrénées. Aimes-tu la proximité avec ce public qui te connait bien, et que la petitesse de la "salle" renforce, ou préfères-tu conserver une distance afin que chacun puisse s'immerger dans sa bulle le temps du concert ?
Je joue tout de même essentiellement dans des lieux à échelle humaine, petite salles, café concerts etc. Mais c'est cool, quand je me déplace j'aime bien rencontrer des gens, discuter, partager un bon moment avec les orgas, les groupes avec qui je partage la scène et le public qui est venu au concert bien sûr. Quand je suis sur scène, je suis un peu dans une petite bubulle et j'invite tous ceux qui veulent à me rejoindre et à profiter avec moi, mais le côté pseudo rock star qui reste en loge, et n'apparaît qu'à des moments maitrisés au stand de merchandising pour conserver la "magie" tout en étant proche de son public (et vendre un t-shirt au passage), j'en ai rien à branler. De toute façon je ne suis pas assez connu pour ça, et puis je suis bien mieux au bar à discuter et siroter une bière en bonne compagnie plutôt que de rester cloitré en loge.

Et tu as bien raison, lever le coude avec des gens c'est toujours sympa. Qui dira le contraire ? Merci pour tes réponses, et qui sait, si je suis dans le sud au moment de l'un de tes concerts je viendrai te tapoter l'épaule et boire une binouze.