Zak Laughed (live, Lille, 2009) Zak Laughed (live, Lille, 2009) Qui est à l'origine du Zak Laughed, le jeu de mot avec Zachari ?
C'est mon père qui l'a trouvé...
Est-ce que tu penses que tu réussirais autant à attirer les média si tu n'étais pas aussi jeune ?
Non, enfin j'en sais rien, je n'espère pas. Ma musique est influencée par mon âge donc c'est logique quelque part. J'espère qu'on parle de moi à cause de ma musique et pas que à cause de mon âge.
Dans les grands médias qui ne sont pas habitués à parler de musique indé, tu apparais comme "le petit espoir", le "jeune"...
Je ne fais de la musique pour eux !
Oui mais ça les attire, ça fait un peu "phénomène de foire", tu vis ça comment ?
J'essaie de pas le vivre ! (rires) J'essaye au maximum de faire abstraction de tout ça, y'a parfois des choses qui ne font pas forcément plaisir, je ne fais de la musique pour ça.

Ce premier album fait créé beaucoup d'effervescence, t'es quand même toujours à l'école ?
Oui, au lycée...
T'arrives à gérer toutes les demandes qui sont arrivées fin août, début septembre ?
Ca a été un peu compliqué un moment, il y en a eu beaucoup pendant deux-trois semaines mais il a fallut continuer d'aller au lycée normalement et passer le cap, là il y a encore des interviews mais c'est plus espacé, c'est plus facile à gérer. Je continue vraiment d'aller au lycée.
Et vivre à Clermont-Ferrand, c'est loin de l'agitation parisienne...
Ca ne me dérange pas du tout de ne pas être sur Paris !
T'arrives à suivre les cours normalement ? Là, tu joues sur Lille, ça tombe bien que les vacances commencent...
J'ai deux heures de cours le samedi matin... Mais on peut faire des exceptions. Sinon, je ne joue que le week-end et pendant les vacances, je peux jouer en période scolaire si ce n'est pas trop loin.

Zak Laughed (live, Lille, 2009) Zak Laughed (live, Lille, 2009) On connaît tes goûts pour la musique, dans les autres arts, il y a des choses que tu apprécies, qui t'influences ?
Je suis en option cinéma au lycée, j'adore le cinéma underground américain, des réalisateurs comme Jim Jarmusch (NDO : Stranger than paradise, Broken flowers...), Wes Anderson (NDO : La famille Tenenbaum, La vie aquatique, À bord du Darjeeling Limited...)... La littérature, c'est essentiellement anglo-saxon, des gens comme Paul Auster (NDO : Léviathan). Avec la musique, le cinéma et la littérature, ce sont les trois arts qui comptent le plus pour moi. Il arrive que j'écrive des chansons en pensant à des anecdotes. Je pique beaucoup de personnages de films, de livres pour raconter des histoires, j'aime bien prendre les personnages secondaires et détourner leur histoire. Faire la musique d'un film, c'est un des rêves.
Même en instrumental ?
J'adore la BO de Pat Garrett et Billy le Kid écrite par Bob Dylan, c'est pratiquement que de l'instrumental, il n'y a que 1 ou 2 chansons, ça ne me dérangerait pas du tout.
Ce qui marche plus en ce moment, c'est la musique de pub (Cocoon)
C'est pas du tout mon objectif.
Et d'écrire un morceau spécifiquement pour une pub ?
Non, pas du tout, pas pour faire de la pub, non.

Ce soir tu joues tout seul ou plutôt avec ton groupe...
Ce n'est pas du tout les mêmes concerts quand je suis tout seul ou quand je suis avec le groupe, c'est complètement différent, ce soir le concert sera super rock, c'est un lieu intimiste mais ce sera bien plus rock que quand je suis tout seul. C'est plus électrique.
Et tu joues tout seul parce qu'il n'y aura que ton public...
C'est une des premières dates où il n'y a que nous, c'est super cool. Vu que c'est un festival, je pensais qu'on jouait avec quelqu'un d'autre mais non, c'est super bien car c'est des gens qui nous connaissent...
Ils vont attendre des choses...
Ce qui est intéressant aussi, c'est de les étonner, ils vont attendre quelque chose dans l'esprit de l'album, très folk, plutôt acoustique et c'est bien de faire des choses très électriques alors que l'album est assez apaisé et calme.
L'album tu l'as écris tout seul au départ, ajouter des musiciens, ça modifie les titres...
On réarrange toutes les chansons du disque ensemble, il y a plein de nouvelles chansons, le set est un mélange de tout ça...
Et des reprises ?
Non, pas de reprises ce soir, on n'en a pas calé, je pense qu'on en fera sur les dates suivantes...

Zak Laughed & The hobos company (live, Lille, 2009) Zak Laughed & The hobos company (live, Lille, 2009) Les Français ont succombé à ta musique, qu'en est-il du reste du monde ?
Je ne sais pas... On avait un plan avec Rough Trade puisque j'ai gagné un concours, ils étaient très intéressés pour sortir le disque mais ça n'a pas pu se faire. On est tombé la mauvaise année, leur distributeur a fait faillite, c'était à deux doigts de se faire et on est arrivé chez Wagram. Du coup, on a des possibilités de le sortir un peu partout dans le monde, c'est en négociations...
Avec MySpace, le monde entier peut t'écouter
Oui, mais en dehors de l'Europe francophone, on n'a pas eu beaucoup de retour, on va jouer en Belgique, au Luxembourg.

Comment tu te vois dans 10 ans ?
Je ne sais pas vraiment, peut-être que j'aurais un métier, peut-être que je continuerais de faire des concerts, peut-être que je ferais les deux...
A priori dans le milieu artistique
Oui, on verra bien...
T'as pas de plan de carrière ? (rires)
Pas du tout !!!

Là, c'est juste faire des concerts pour le moment ?
Et sortir d'autres disques.
C'est déjà en cours d'écriture ?
Oui, on a un deuxième disque qui est presque prêt, il n'est pas enregistré du tout. On va essayer de caler les choses assez rapidement pour garder des chansons fraîches et toujours avoir l'envie de les jouer, il ne faut pas les laisser trop vieillir et ne plus avoir envie de les mettre sur un disque.
En tournée, tu écris moins seul du coup ?
J'écris pour le groupe, j'écris des chansons plus folk pour moi. Après j'ai d'autres projets mais c'est très obscur, j'en ai 36.000, c'est plus ou moins sérieux mais y'a rien d'officiel...

Merci !