young cardinals - sunset chaser "Jupiter"
Ca nous semblait une évidence d'ouvrir notre premier album avec un morceau tel que celui-ci. Le propos de ce titre nous fait commencer là ou quelque chose vient de s'écrouler, de se perdre. La forme étant très métaphorique, libre à chacun de voir l'histoire d'un individu ou d'une humanité perdue ! Ce morceau raconte un voyage vers des horizons inconnus où un avenir meilleur pourrait être envisagé ; malheureusement l'issue de cette quête est plus qu'impropable !
Jupiter est un titre très "aérien", à l'intro et aux couplets étirés, au refrain qui tarde à venir, comme pour rappeler la difficulté et le temps qu'il faut pour concrétiser un projet.

"Dried shores"
L'écriture de ce titre nous a donné du fil à retordre ! Beaucoup d'idées se sont enchaînées pour en arriver à ce résultat .C'est un morceau qui joue sur une ambivalence : le coté assez dur et "riffé"du refrain et du couplet, et une partie centrale beaucoup plus "post" et évolutive. Encore une fois - optimisme oblige - on parle ici de dépression suite à la perte d'un être cher, de ce manque qui, au fil du temps, nous fait perdre confiance en nous.

"Blued and brocken by strong finger"
Contrairement au titre précédent, celui-ci a été beaucoup plus instinctif et a très vite trouvé sa forme finale : une chanson plus rock autant dans sa structure que dans son tempo .
On parle d'un homme repêchant le cadavre d'une jeune femme qui manifestement s'est faite assassiner. Un texte assez dur ouvrant notre réflexion sur la capacité (ou pas) que nous avons à surmonter un drame.

"The weignt of inertness"
"Le vrai désespoir ne mène jamais qu'a la peine ou à l'inertie" (Albert Camus).
C'est un peu sur ce postulat que nous avons écrit ce titre. Trouver la vraie solution au mal-être qui pourrait nous ronger : agir !!! Ca paraît simple comme ça, mais faire le choix de se sentir mieux n'est pas si évident !
En tout cas, c'est un morceau que l'on prend beaucoup de plaisir à jouer. Tout se met en place au fil des mesures, pour arriver sans doute sur notre refrain le plus épique ! Les choeurs de fin résonnent comme un hymne sans parole, une mélodie qui nous encourage a trouver notre voie.

"Yellow and black"
Dans ce morceau nous avons voulu prendre notre temps et laisser les parties s'installer ! En définitive, c'est l'un de nos titres se rapprochant le plus d'un concept "post" . A l'origine c'était l'éponyme de l'album. Nous trouvions que le titre Sunset chaser synthétisait parfaitement le propos du disque et avons décidé de changer le nom de ce morceau.
Ici encore, pour évoquer des idées telles que l'accomplissement de soi ou bien encore la quête identitaire, nous sommes partis sur l'idée d'un road trip ! Une éternelle fuite en avant dont la seule destination est un horizon continuellement plus triste et plus froid .

"Bedtime"
Qui, une fois couché, n'a jamais ressassé ses problèmes à en perdre le sommeil ? Qui ne s'est jamais laissé piéger par ces pensées détestables qui vous font confondre tachycardie et montagnes russes ?! C'est un peu comme si le croque-mitaine de notre enfance avait revêtu un nouveau costume... mais toujours aussi effrayant !
"Bedtime" est le plus vieux morceau que nous avons posé sur cette galette ! A vrai dire, dans l'écriture, il est plus proche de notre EP Lights | Burns | Despair.

Young Cardinals - Lights-Burns-Despair "Die alone"
La base harmonique de ce morceau est relativement simple et répétitive. Le gros de l'écriture de "Die alone" a été de créer des textures multiples au fur et à mesure des couplets et refrains ! Jouer sur épaisseur des guitares, les intensités de jeu ou encore scinder le tempo. Le résultat : un titre dense et très en relief.

"Sasha"
C'est notre petit bout de Californie ! Car il faut bien l'avouer on aime ça la Californie. Harmoniquement, on s'éloigne un peu plus de ce que l'on propose d'habitude, s'aventurant plus volontiers sur une base majeure et "ensoleillée" par rapport au reste de l'album. L'objet de cette chanson est lui aussi assez différent. Tout en gardant le thème de concrétisation de soi (assez présent sur tout le disque), on a voulu une forme plus légère ou du moins plus concrète. On dépeint le parcours d'une jeune femme enfermée dans sa vie numérique, prête à tout pour connaitre la célébrité.

"The dawn"
Pendant un temps, nous avons ouvert les concerts avec la chanson "Strange days", et rapidement l' idée de mettre une intro instru sur la base harmonique du couplet est venue. Nous avons développé cette idée pendant plusieurs mois pour finalement figer en studio toutes les textures de guitares et d' y ajouter les coups de grosse caisse, passés dans une reverb pour rappeler les battements du cœur.

"Strange days"
Pour faire écho au premier titre "Jupiter", "Strange days" est une fable dans laquelle 5 corbeaux se délectent de la fin du genre humain (Oui, optimisme quand tu nous tiens.).
C'était intéressant d'ouvrir et de fermer ce disque par une même idée, traitée sous une forme complètement différente, autant musicalement que dans son propos.
Ce titre est en diptyque avec cette longue fin instrumentale qui vient terminer l'album. On aime travailler sur ce type de structures, la difficulté étant que chaque partie, somme toute assez différentes, se sublime l'une l'autre. Un vrai challenge d'écriture !

Young Cardinals Young Cardinals Vous jouiez tous dans des groupes avant de former les Young Cardinals, comment s'est fait cet assemblage ?
Young Cardinals s'est formé quand le chanteur de notre précédente formation est parti faire autre chose. Nous avons voulu en profiter pour changer de nom, écrire de nouvelles songs et trouver le bon gars pour rejoindre le groupe au chant. Jordan est un pote de longue date, qu'on avait un peu perdu de vue à l'époque et il est arrivé après quelques mois difficiles de recherches infructueuses.

Avoir des expériences en groupe, c'est un avantage ou ça créé également des petits conflits à propos de "comment on fait" ?
Quand tu fais des groupes depuis une quinzaine d'années, tu apprends forcément à trouver un équilibre avec les autres. En vieillissant aussi, tu trouves peut-être des moyens plus diplomatiques de dire les choses. Je dirais donc que c'est plutôt un avantage ! De plus, notre groupe n'a pas vocation à se professionnaliser. C'est juste le plaisir pour 5 gars de se retrouver autour d'un projet artistique et créatif.

D'où vient le nom "Young Cardinals", ça fait un peu oxymore...
C' est un super morceau d'Alexisonfire ! On est archi fan de Dallas Green et au moment de choisir un nom, on trouvait que ça sonnait bien et que ça avait un côté « fougueux ». L'adjectif « Young » quand tu as passé la trentaine ça nous faisait marrer aussi. Et le cardinal est un bel oiseau rouge nord américain. Ca permettait de localiser clairement nos influences...

Un groupe américain s'appelle également Young Cardinals, ça vous grille un peu pour les Etats-Unis, non ?
Oui, nous avons vu ça quelque temps après avoir fait nos premiers concerts. Je t'avouerais que cela nous a moyennement bloqués car le groupe n'est pas non plus très connu, n' a pas de label et ne tourne pas comme des dingues. C'est pas comme si y'a 4 ans on avait décidé de s'appeler Deafheaven (rires). Et puis bon, les US, tourner avec des groupes comme Thrice, O'Brother, Caspian ce serait le rêve... Mais avant d'y aller, on va déjà essayer d'être un peu connus par chez nous.

Comment s'est faite la signature chez Send the wood Music ?
En fait, Fab notre ingé son studio et live est ami avec Hadrien et Nancy du label. Il leur avait parlé de nous et leur a fait écouter notre 1er EP. Nous avons discuté au téléphone plusieurs fois avec Hadrien au moment où nous voulions faire un nouvel EP, et c'est lui qui nous a boostés pour faire un « vrai » 1er album. De là, nous avons ressorti l'EP Lights | Burns | Despair chez eux en digital, et ils nous ont accompagnés dans toutes les étapes de préparation de l'album.

Musicalement et géographiquement, vous êtes proches de Stereotypical Working Class, comment vivez-vous la comparaison ?
Géographiquement tu n' imagines pas à quel point, car nous avons partagé le même local il y a quelques années ! C 'est un groupe qui a toujours été très influent sur la scène locale et nous les avons vus en concert un bon paquet de fois ! Ce sont des amis, ils font une musique de qualité et nous avons énormément de respect pour eux ! Si la comparaison se fait part rapport au chant, je serai tenté de te dire que c'est très flatteur pour nous car Martin est un ovni et un des meilleurs chanteurs que je connaisse. Musicalement, je pense qu'ils jouent plus technique que nous, avec plus de mises en places, et de notre côté, nous sommes plus ambiants avec une approche plus progressive dans nos structures. Mais certaines influences comme Thrice, Oceansize ou Deftones sont communes aux 2 formations.

Si on résume votre musique comme l'artwork à savoir "sombre et poétique", ça vous va ?
Grave ! Parfait ! On va te piquer la phrase !!! On voulait essayer, à notre petit niveau, de provoquer des émotions à l'auditeur !