wolf jaw Le choix des mots est important, ainsi, Tom Leighton (chant, guitare), Dale Tonks (basse) et Karl Selickis (batterie) ont décidé de ne plus s'appeler The Bad Flowers ("Les Mauvaises Fleurs", sérieusement ?) après leur premier album (Starting gun), ils ont changé de nom pour un truc plus mordant et plus imagé : Wolf Jaw ("Mâchoire de Loup"). Ça claque davantage mais ils ne donnent pas pour autant dans le métal scandinave, ils font du rock "old school" et là encore, ils ont choisi les mots (clés) pour se définir sur leur BandCamp puisque le premier d'entre eux est "Black Sabbath", histoire d'assumer, de savoir où on met les oreilles et de rappeler qu'ils viennent du même coin. Les Anglais font parfois des choix étranges (on trouve "France" dans leurs mots clés, juste pour signaler le pays de leur label ?) mais ils ont montré qu'ils n'avaient pas peur de changer. Par contre, ne comptons pas trop sur eux pour faire évoluer le sacro-Saint Rock N Roll, les gars vivent leur rêve d'en faire et ça leur suffit, ils ne vont pas chercher beaucoup plus loin comme on le comprend avec le titre bonus "Living the dream". Mais même sans cette dernière fausse banderille, The heart won't listen ne fait que respecter les canons du rock des seventies, la disto est soignée, les mélodies sont pêchues, les solos sonnent et la rythmique permet de dodeliner, on passe un bon moment à leur écoute mais le combo prend trop peu de libertés avec les bases de ses aînés pour imprimer durablement sa marque. Pour retenir davantage notre attention, il faudrait plus de pièces dans la lignée du fragmenté "Open your eyes".