rock Rock > Wilco

Biographie > made in USA, le raffinement des palaces

3 ans après son dernier album Wilco est de retour ! Jeff Tweedy (chant, guitare), Leroy Bach (guitare), John Stiratt (basse) et Glenn Kotche (batterie) ont débuté leur discographie par AM en 95. Ensuite se sont rapidement enchaînés : Being there (97), Mermaid avenue (98) puis Summer teeth (99), 3 (enfin, presque 4) albums en 3 ans et puis plus rien. Plus rien jusqu'à ce nouveau départ insufflé par la signature sur le label Nonesuch et donc un nouvel opus qui sort au printemps 2002 : Yankee hotel foxtrot. Le groupe de Chicago y livre un pop rock calme et reposant, riche de son dénuement.

Wilco / Chronique LP > Yankee hotel foxtrot

Wilco : Yankee hotel foxtrot Cet album de Wilco est intimiste, léger et humain. Intimiste parce qu'il nous parle, léger parce qu'il est très dépouillé et humain parce que tout y est sensible. Dépressif ou joyeux, le style change d'un titre à l'autre et notre humeur avec, ainsi entre deux morceaux où la voix de Jeff Tweedy se fait grave et lourde ("I am trying to break your heart" et "Radio cure"), Wilco place un "Kamera" anodin et enjoué dans la plus grande tradition de la pop US.
Déroutant mais charmant, on suit les aventures de Wilco sans trop se demander pourquoi ce changement d'attitude, on se laisse aller... Un peu de guitare acoustique par ci, un peu de bidouillages électroniques radioheadiens par là ("War on war"), du rythme ("Heavy metal drummer"), quelques instruments à corde, une mélodie directrice et le temps passe à vitesse grand V. Réconfortants ou cherchant du réconfort, on ne sait pas trop mais qu'ils aillent bien ou mal, les Wilco nous font aller mieux... Plus pop que rock (ou blues), les 11 pièces sympathiques du puzzle Yankee hotel foxtrot sont agréables à écouter et de préférence au calme, chez soi, au chaud.
Et pour les possesseurs d'ordinateur une petite plage multimedia est là pour démontrer que les Wilco élèvent leurs enfants à leurs rythmes ! Après une jolie intro (pour les fans d'architecture !) on a le droit à une version live (vidéo) de "Heavy metal drummer" dans un noir et blanc soigné. Les détails n'en sont pas avec Wilco qui avec peu de choses ils en font des grandes...