White Heat - ST En novembre dernier, débarquait dans les bacs le premier album de White Heat, un groupe à écouter d'urgence si tu aimes la noise qui se marie congrûment avec un heavy-rock psyché qui te colle au plafond. Parmi ses membres, des restes du groupe défunt I Love UFO (le chanteur-guitariste Butch, le batteur Florent et leur ingé-son Julien) accompagné de Lionel, un ex-Lab°. Sur le papier, ça se tient parfaitement. Sur disque, ça dépasse les promesses. Cet album inaugural est une pelletée de titres pour la plupart furieux (un peu moins pour "White horse", sorte de Suicide 2.0, et l'aérien mais pesant "Power fresh cream") et prenant, dont la lourdeur rythmique sert de substrat aux murs sonores bâtis par une synth-bass et une guitare jamais avares en largage de fuzz ou de larsen dans la gueule. Le chant de Butch est à l'image de la musique, démoniaque, entre chant clair, incantations et grosses gueulantes. Cet album éponyme est une sacrée belle surprise et si on s'en fie à ce qu'on vient de prendre comme amas sonore, je vous laisse imaginer ce que ça doit être en live !