rock Rock > The Weakerthans

Biographie > the weakerthans en bref

Burning Heart est un label plutôt connu pour sortir des punkeries (les suédois récupérant une partie du catalogue Epitaph USA), avec The Weakerthans, cette image est mise à mal... Ces Canadiens (que je découvre...) font plutôt dans le poprock... Ils jouent ensemble depuis 1997 et ont déjà sorti un EP et deux albums (Fallow en 1998 et Left and leaving en 2000), tous quatre sont multiinstrumentistes mais John K. Samson est principalement chanteur, Stephen Carroll guitariste, John P. Sutton bassiste et Jason Tait batteur. Reconstruction site sort en Europe début septembre 2003, deux ans après les attentats du World Trade Center...

The Weakerthans / Chronique LP > Reconstruction site

the weakerthans reconstruction site Pop rock satinée de folk, The Weakerthans fait une musique facile et agréable à écouter, différenciant ses rythmes, invitant des amis et expérimentant des sons, ce Reconstruction site est assez varié tout en conservant la ligne directrice. Le son de guitare et le chant sont certainement les deux grands éléments fédérateurs de cet opus. Côté voix, c'est très chaleureux et ça me fait de temps en temps penser à Billy Corgan (Smashing Pumpkins, ## Zwan) notamment sur le refrain de "Reconstruction site", cette impression se retrouve de temps à autres, apparâit et disparaît, on croit la tenir sur "Our retired explorer (dines with Michel Foucault in Paris, 1961)" et elle s'envole déjà... Pour la guitare, là aussi le son est chaud, quelques petits larsens traînent ça et là mais à l'instar de la balade acoustique "One great city !", elle carresse nos oreilles dans le sens du poil. Les titres se partagent entre pop et rock sans qu'on puisse savoir ce que le groupe préfère, quand les tempos se calment, comme par exemple sur "Time's arrow", nous reviennent les mélodies de Weakids ou Wilco et le fantôme de Lou Reed (qui n'est pas encore mort...), sur "Benediction", autre titre doux, le groupe enregistre le renfort de Sarah Harmer qui marie fort bien sa voix à celle de John. L'autre invité est un trompettiste qui colore l'introductif "(Manifest)", d'autres titres sonnent un peu plus "expérimental", tel le "(Hospital vespers)" et sa voix filtrée ou les bidouillages finaux de "(Past-due)". Tous les titres sont des historiettes mises en musique et chantées, c'est pour les plus rythmées que va ma préférence et notamment et "Plea from a cat named Virtute" avec son petit solo et son approche "live" où vient s'incruster un piano démontrant toute la maîtrise du groupe.
En bonus, la partie multimédia du CD (servi d'ailleurs dans un agréable digipak) on a le clip de "Our retired explorer (dines with Michel Foucault in Paris, 1961)", clip polaire et amusant, mais aussi une vidéo de l'enregistrement de l'album et une série de photos prises sur les routes prises par le groupe...