Wake the dead - Meaningless expectations Formé en 2010 => premier album en 2011 => nouvel EP en 2012 : Wake the Dead ne perd pas de temps dès lors qu'il s'agit d'envoyer du contenu. Influencé par la vague nord-américaine emmenant avec elle les Comeback Kid ("Wake the dead" est du reste le titre d'un morceau des canadiens), LeATHERMOUTH et autres Strike Anywhere, le quintet marseillais s'affranchit de son identité de groupe français pour mettre au point une solide formule punk hardcore qui renvoie ouvertement à ce que l'on peut proposer dans les clubs d'outre-Atlantique... et chez quelques contemporains hexagonaux depuis peu également, à l'image d'Eight of Spades, Grand Central et The Prestige ce à des degrés divers de "ressemblances".
Six coups dans le barillet, une demi-douzaine de titres qui font bruyamment sonner les amplis, Wake the Dead n'invente strictement rien mais respecte à la virgule près les codes d'un punk hardcore que ses membres semblent tout particulièrement affectionner ("Mon rêve familier"). La recette est connu mais les phocéens parviennent pourtant à rendre leurs morceaux bougrement efficaces, surtout quand ils lâchent les chevaux et font parler la poudre, par exemple à l'image du foudroyant "Reaching the sky". Harangues fougueuses, mélodies teigneuses et puissance d'impact terriblement accrocheuse, les frenchies font plus que le boulot et emballent leurs compositions avec un soin tout particulier apporté à une prod' qui de fait, sonne parfaitement comme il faut. Ni trop ni pas assez. Un peu DIY, beaucoup tournée vers l'efficacité du propos. Surtout sur des titres du calibre de "Bathed in shadows" ou "Sweet words fuck your throat" à l'occasion desquels le groupe descend dans la fosse affronter son auditoire à mains nues façon Knuckledust.
Pour faire court, voici le genre de "truc" qui doit certainement se vivre en live comme une plongée sans filin au coeur du Fight Club ("The feeling inside"). Nul doute que Wake the Dead se chargera de transformer ce deuxième essai sur scène, en attendant, on se replonge dans ce Meaningless expectations qui plus est sorti dans bien jolie édition vinyle limitée, ce qui n'enlève évidemment rien au plaisir de la découverte de l'objet.