Volt Voice - Volt voice Une fois n'est pas coutume, un groupe arrive dans nos pages alors qu'il a déjà splitté depuis quelques mois. Mais mieux vaut tard que jamais dans le cas de Volt Voice, lequel avait frappé un grand coup, dans l'eau (?), avec cet album éponyme.
Le label belge Honest House semble s'être spécialisé dans les groupes traumatisés par... Car après Taïfun et Motorpsycho, les Volt Voice étaient vraiment imprégnés par les géniaux Faraquet (fleurons du label Dischord => rencarde toi vite sur The view from this tower si ce n'est déjà fait) tout y en ajoutant une plus-value certaine, donnant tout son intérêt à ce disque. Là où Faraquet semblait s'épanouir dans la retenue calibrée, Volt Voice lâchait lui complètement les chevaux, n'hésitant pas à partir dans une orientation psychée à la limite de The Mars Volta période Frances the mute pour l'enivrement que l'on pouvait ressentir à l'écoute de cette enchainement de tourbillons auditifs. Du math-rock psyché ? Et ouais. D'autant que ça tient la route dès le premier titre avec "Le Paradoxe du léopard" et que "The trees", le dernier morceau, presque acoustique, qui dénote sacrément par rapport à l'ensemble, est encore une perle à ajouter à l'actif du groupe. Configuration math-rock à vocations multiples pour la section rythmique, guitares sans œillères musicales, chants jouant sur bien des niveaux, les raisons d'aimer Volt Voice se comptent par palettes de 12. Et cette ivresse dont on te parle plus haut, elle côtoie souvent les 5 grammes dans chaque oeil : "Le spectre Jean", c'est un bon apéro, "La révolte des pingouins", c'est 5-6 Duvel cul-sec tandis "Baikonur", c'est plus un binge drinking dans un pub anglais après une victoire du quinze de la rose.
Bref, Volt Voice n'est plus, vive Volt Voice, mais ces types ont accouché d'un disque excellent qui méritait un hommage sur le tard. Çà, c'est fait.

Note de Cactus : les deux guitaristes de Volt Voice ont un nouveau projet dans une veine garage nommé Horson tandis que le batteur a un groupe solo intitulé Quelqu'un ramasse l'arme du crime. Si si.