Kill the fuse Kill the fuse est un EP acoustique ! Les loustics de Uncommonmenfrommars ont osé !!! Ont-ils voulu suivre la voie de Nirvana ou Alice in Chains dont le talent a été reconnu par certains après leur unplugged ? Ont-ils voulu suivre le chemin des disjonctés Green Day qui se débranchent de plus en plus avec le temps ? Ou alors est-ce que la prmeière étape de leur méthode de composition est la guitare sèche et que pour une fois ils ont décidé de ne pas électrifier leurs riffs ?Il faudra leur demander... Pour le moment, on a 7 titres dont 3 reprises, tous enregistrés à Chicago par le maître Steve Albini (Nirvana, PJ Harvey, The Breeders...). Deux des trois "reprises" sont en fait les version acoustiques de "vieux" titres des UMFM : l'ultra court "Jessie@Dublin.com" (45 secondes !) et le tube "Pizza man" qui semble un peu vide jusqu'à ce que le double chant vienne réveiller nos mémoires. La troisième reprise, c'en est une vraie ! Husker Dü est au menu, c'est le "It's not funny anymore" du groupe mythique des années 80, à n'en pas douter les américains ont du bercé la jeunesse des jumeaux et ils leur font ici un bel hommage, conservant toute la dynamique du titre (avec un peu d'électricité). Mais là où les Uncommonmenfrommars impressionnent le plus, c'est dans leurs nouvelles compositions, "Dark sunday" est d'une mélancolie étourdissante, alors que les groupes nu-punk passent tous pour des gamins attardés, là, on a se rend compte qu'on a vraiment à faire à des adultes (ou alors des enfultes !), le titre est super travaillé, très fin. Si "Blue Flame" et son piano est dans la même belle veine, "Dinosaur" est lui plus classique, plus rythmé, plus proche de Green Day de Warning. Enfin, les marsiens nous gratifient d'un titre épique, celui qui donne son nom à l'album : "Kill the fuse", attention, le titre est génial. Les arrangements cordes sont magnifiques (Apocalyptica donne des idées ?), le rythme se pose tranquillement et les guitares, patientes, arrivent à point nommé pour mettre la pression. Les accords fusent, la pédale fuzz ne meurt pas et le titre finit par exploser dans une bouillie de saturation. Miam miam.