Tranzat - The great disaster Il faut les faire soigner. Clairement. Les quatre loustics de Tranzat ne sont pas tout à fait sains d'esprit, il ne peut en être autrement. Ils n'ont pas l'air dangereux (encore que, ils ont un petit côté Raël dans les déguisements) mais leur accoutrement, l'artwork, les photos du livret, les remerciements... tout laisse à penser que ces Brestois sont tarés. Et la musique ? Pas tant que ça finalement... C'est de l'open space rock prog avec quelques pointes métalliques (le côté massif de certaines distos) et un esprit stoner/seventies (ils sont signés chez Black Desert Records comme the Guardogs, Enlightened...). Bien sûr les constructions sont parfois complexes (les titres tournent aisément autour des 8 minutes avec un final qui dépasse le quart d'heure, mais le côté prise de tête/matheux est relégué à l'arrière-plan tant l'influence sludge se fait davantage ressentir. Les mecs font évidemment ce qu'ils veulent mais leur choix délire biographico-visuel peut faire peur et/ou les faire passer pour des rigolos alors que musicalement le propos est solidement construit et bien moins foufou que n'importe quel projet de Mike Patton. Bref, ne t'arrête pas à ce que tu peux croire et écoute-les les yeux fermés.