rock Rock > Thomas VDB

Biographie > Thomas VanDenBerghe

1977, une grande année pour les chroniqueurs rock, "la génération en or" comme on l'appelle dans le milieu... C'est celle de la naissance de Thomas Vandenberghe, un chti qui va grandir en Normandie avant de partir pour Tours pour ne plus entendre "t'habites à combien de kilomètres de Tours ?". Fan de Queen et de musique rock en général, il rédige quelques trucs dans des fanzines et prend en charge celui qui traite de KoRn alors que le groupe est encore assez peu connu dans l'hexagone... Il se rapproche donc de Sony (qui distribue le groupe) et étend ses écrits à des petites critiques rock... Il reste un an au conservatoire de Tours d'art dramatique puis part pour la capitale faire des piges pour RockSound où il gravit rapidement les échelons et en devient, à 25 ans, le rédacteur en chef, calife à la place du calife. Parallèlement, il monte, avec Rodolphe Courthouis, un spectacle de rue intitulé Freddy Coudboul, ça marche plutôt pas mal et décide de tenter une aventure solo, celle de Boutros le mage, là ça marche moins bien. Touche à tout, il devient champion de Air Guitar (quand même !) et sans aucun rapport décide de préparer un nouveau one man show largement inspiré de son expérience dans le monde de la critique rock : En rock et en roll, il quitte aussi le navire RockSound avant qu'il ne coule. Un spectacle comique sur le rock ? C'est un pari fou mais ça marche, Paris, les festivals, MTV Pulse s'arrachent ses services, aprés avoir sauvé Florence Aubenas, le buzz autour de sa personne est telle qu'il devient incontournable au rayon "comique français qui parle rock". Début 2007, il prévoit de s'installer durablement au Sentier des Halles (Paris) au printemps et délivre encore quelques articles pour Rock N Folk...

Interview : Thomas VDB, Thomas et Oli sont sur un bateau (oct. 2010)

Interview : Thomas VDB, l'interviewer interviewé (jan. 2007)

Thomas VDB / Chronique LP > Presque célèbre

thomas vdb affiche 2010 thomas vdb affiche 2010 "Sur une heure et quart de spectacle, je suis content de 40 minutes", dans l'interview qu'il nous a donné avant de monter sur scène Thomas VDB nous confiait qu'il n'était pas encore tout à fait satisfait de son Nouveau spectacle. S'il est encore en rodage (c'était seulement la 8ème représentation), la question qui nous turlupine après l'avoir vu, c'est : "c'est quoi les 35 minutes dont il n'est pas encore satisfait ?". Parce qu'on a beau cherché, on se marre du début à la fin et pour un spectacle comique, c'est l'essentiel. Selon les goûts, on peut trouver tel ou tel passage moins percutant (le bétisier) ou plus éculé (les expos élitistes parisiennes) mais samedi soir, La Péniche était pleine à ras bord et a fait bien plus qu'éclater de sourires.
Dans la tradition du stand-up, Thomas VDB part d'un petit truc et enchaîne les anecdotes, histoires personnelles, passant du coq à l'âne avec une certaine maestria : quel rapport entre un porno panda et une distribution de tisanes ? Pas évident hein, et bien, en à peine 5 minutes, on est passé d'un sujet à l'autre sans s'en rendre compte, pendant 5 quarts d'heure on est donc baladé dans la vie de Thomas avec son art de la fuite, ses problèmes pour reconnaître les gens, son incapacité à refuser les plans foireux au moment de tourner avec En rock et en roll, sa peur de l'avion et des dizaines d'autres sujets qui ne sont pas à proprement parler des sketchs mais des scénettes qui s'emboîtent telles des matriochkas. Son grand art, son truc, son "architecture de la vanne", c'est de réutiliser des répliques précédentes pour les transformer en chute sur un sujet différent... Tout est donc lié, on reste scotché à ce Nouveau spectacle et on a bien du mal, au final, à dire ce qu'on a préféré ou moins aimé, c'est un bloc et comme on rigole du début à la fin, l'ensemble est excellent.
Le rock n'est clairement plus le sujet principal mais on retrouve quelques petites touches (Jeff Buckley, Freddy Mercury, John Lennon...), les références disséminées dans le spectacle sont davantage "ce qui n'est pas rock" avec en guest star Gregoire, Sardou et Joey Star. Tout ça pour dire que fan ou pas de rock, si tu as de l'humour, tu devrais y aller !

Thomas VDB / Chronique LP > En rock et en roll

Thomas VDB : En rock et en roll Il aura fallu attendre les 9 ans du zine pour qu'on signe une première chronique d'un spectacle "rock" ! Il faut dire que personne n'avait osé s'aventurer dans le milieu du rock pour faire rire une salle. D'un côté les comiques "traditionnels" ne se sentent pas assez calés, de l'autre, les connaisseurs ne se sentent pas assez drôles (il suffit de lire les titres d'articles dans la presse spécialisée pour se rendre compte que l'art du calembour ne fait pas toujours rire). Partagé par le rock et la comédie (au sens noble du terme), Thomas VDB connaît très très bien le milieu du rock et voulait être sur les planches, son deuxième spectacle est intégralement consacré à sa passion et réussit à nous faire rire (en tout cas moi, je me marre). Et En rock et en roll est avant tout un one man show marrant. Certes, il y est question du rock la grande majorité du temps mais les ignares se marrent quand même, car à part quelques références pointues (qui n'entravent pas le déclenchement de l'hilarité), pas la peine d'avoir bossé 10 ans dans le milieu pour connaître les Rolling Stones, Nirvana, Queen, AC/DC ou les Beattles... Et quand bien même, ces noms ne te diraient rien, Thomas VDB prend le temps de resituer rapidement qui est qui. Le spectacle n'est pas une succession de sketchs mais une réflexion sur ce qu'est le rock et ce qui ne l'est pas, ça dure 1h et quart et c'est blindé de digressions qui s'entrechoquent adroitement, et oui, ses ressorts comiques sont bien huilés... Très actif et très à l'aise sur scène, Thomas VDB n'hésite pas à faire intervenir brièvement le public et son petit chien, un petit peu à la M. Manhattan (mais en plus sympa). Gag qui dorment et reviennent, jeux de mots "rock n roll", anglais "sharped", situations vécues, du fait des enchainements diaboliques... le temps passe super vite et on est assez déçu de ne pas avoir plus d'une heure et quart de show... Alors que c'est déjà énorme de faire rire durant tout ce temps...
Quand on chronique un album, on a tendance à dire ce qu'on va trouver dedans, ici, pas question de raconter des extraits du spectacle, il faut juste savoir que si tu aimes l'humour noir et un peu d'absurderies, tu vas adorer. Si en plus, tu connais le petit monde du rock, que tu sais combien s'enflamment les petits groupes pour pas grand chose et que tu visualises les attitudes de Gwar ou Marduk, tu vas non seulement adorer mais demander à le revoir...
Chapeau !

[fr] myspace.com/enrocketenroll (203 hits)External ]