rock Rock > They Call Me Rico

They Call Me Rico / Chronique LP > Sweet exile

They Call Me Rico - Sweet Exile Ce qui est souvent bien avec tout ce qui touche au blues ou au folk-rock, c'est que dans l'ensemble quand c'est bien fait, souvent la déception n'est jamais réellement présente dans les esprits. Ce style a traversé les époques et They Call Me Rico fait partie de cette tranche d'artistes qui aime resservir ce plat goûtu. Sa générosité et son honnêteté respirent dans son dernier disque Sweet exile. Un album qui, à ma grande surprise, est bien plus varié en terme de mélodies, de styles et de richesses sonores, que son prédécesseur, This time. À un point qu'on en découvrirait presque un nouveau Rico, accompagné pour l'occasion de The Escape (Jean à la basse et Josselin à la batterie). Renouant avec son esprit vagabond ("Sweet exile") et blues ("Take me as I am"), le Québécois mise sur des tounes rock d'excellentes factures (la très dEUS "Needle in a haystack", ou la vigoureuse "Odd one out") ou peut proposer des ballades poignantes ("If you should leave me" et sa tonalité western spaghetti, ou "When the summer ends"). C'est au gré des humeurs, et si tu pars en road trip prochainement, dis toi bien que tu tiens là ta bande son.

They Call Me Rico / Chronique LP > This time

They Call Me Rico - This time Frédéric Pellerin, l'ancien guitariste et chanteur du groupe de funk-rock québécois Madcaps, s'est lancé vers 2009 en solo sous le nom They Call Me Rico afin de retrouver ses premiers amours : le blues et le folk. Résident depuis dans la région lyonnaise, visiblement parce que la France semble être une terre ayant assez bien reçu ses premiers albums (il a même sorti un disque live enregistré au théâtre antique de Vienne), le musicien a accouché en avril d'un troisième disque intitulé This time. Ce dernier rend hommage à la musique traditionnelle américaine avec un brin de modernité rock pas foncièrement dégueulasse. Si en France, la combinaison blues-folk-rock n'explose pas les charts, cela reste toujours un réel plaisir d'entendre un artiste manier aussi admirablement bien le groove et le swing, et rendre tout ça communicatif. Rico sait aussi jouer de nos émotions avec des ballades envoûtantes ("We'll meet again", "Everlasting kind") tout en diversifiant ses sonorités (harmonica, dobro, piano, lap steel). This time pourrait être résumé en une savoureuse rencontre entre The Black Keys, Ben Prestage et les Mountain Men. C'est dire de la qualité de cette œuvre.