therapy? 2018 Chris Sheldon a travaillé avec vous sur 4 albums dont Troublegum, qu'est-ce qui a changé en 15 ans (depuis High anxiety) ?
Pour être honnête, presque rien ! On a toujours la même relation avec Chris, ça n'a pas changé ! C'est un très bon ami du groupe et ça lui laisse la liberté de dire ce qu'il veut de manière très claire et précise, ça permet d'obtenir ce qu'il pense être le meilleur pour l'album.

Pourquoi l'avoir choisi lui plutôt qu'un autre pour cet album ?
On voulait que les chansons soient plus mélodiques et directes que sur le précédent album, on voulait aussi que le son soit plus tranchant, plus clair. Chris sait faire ça et donc on l'a appelé, heureusement, il était dispo.

Vous êtes un des premiers groupes à être signé chez Marshall Records, encore un changement de label, encore une nouvelle aventure, ce n'est pas lassant de devoir signer de nouveaux deals ?
Ça aurait pu mais c'est un deal mondial et la personne avec qui on a signé pour Marshall Records travaillait avec nous quand on était chez Universal dans les années 90. Pour le coup, changer de label est en fait un bon pas en avant et dans la bonne direction. J'ai l'impression qu'on avance avec un label et des gens qui se soucient du groupe et de sa progression.

Le travail en acoustique a influencé la composition ?
Pas du tout.

Certains titres sonnent très bruts, très métal, c'est dû à l'énergie accumulée ces dernières années ?
On a un enthousiasme naturel pour les guitares énervées, c'est toujours ce genre de musique qui arrive en premier quand on s'enferme pour écrire de nouveaux titres. L'intensité de la musique et des textes reflètent la colère que l'on ressent en ce moment quand on regarde le monde qui nous entoure. L'énergie de la musique se nourrit de ces émotions.

"Wreck it like Beckett" est un des titres les plus agressifs, pourquoi avoir choisi de le placer en premier ?
"Wreck it like Beckett" sonne comme la déclaration liminaire parfaite pour un nouvel album de Therapy? en 2018. Il a tous les ingrédients : un énorme riff de guitare, une rythmique qui pulse et des textes qui sont aussi bien intelligents qu'absurdes... et son refrain, comme tous les meilleurs refrains de Therapy?, est comme la punchline d'une vanne.

En parlant de Samuel Beckett, il a dit : "Quand on est dans la merde jusqu'au cou, il ne reste plus qu'à chanter." La musique, c'est l'énergie du désespoir ou de la révolte ?
Sacré Samuel Beckett, ouais, on ne pourrait pas mieux dire ! Notre musique est à l'origine une réaction au désespoir, ça nous invite à agir, et j'espère à réagir, se révolter.

Therapy ? - Cleave L'artwork de Cleave est très énigmatique. Je me lance dans une interprétation personnelle : la chaise représente la place de l'individu dans la société, finalement bien seul. Le feu représente la rage qui monte en lui alors que le monde qui l'entoure est plus pacifique qu'il ne le croit. Mais l'individu se tourne vers ce bras qui tend un verre vide, représentant la fausse solution à ses problèmes (promesses politiques, communautarismes, repli sur soi, psychotropes, drogues...), j'ai bon là ?
C'est une putain d'interprétation de l'artwork et j'y souscris carrément ! Pour autant, on aime laisser libre champ à celui qui le regarde, chacun y voit ce qu'il veut y voir.

Pour votre titre "Kakistocracy", on imagine que c'est en rapport avec l'arrivée au pouvoir de Donald Trump, mais à chaque élection, la liste des "gouvernements des pires" s'allonge (Salvini, Bolsonaro). Vous êtes pessimistes pour l'avenir des démocraties occidentales ?
L'Ouest est surtout construit sur le capitalisme, une économie qui se vampirise, qui se nourrit d'elle-même, grandit, enfle puis explose pour mieux recommencer le même abominable processus sans en tirer aucune leçon. Il faut trouver une autre possibilité, et elle doit venir du peuple. Être conscients de la situation devrait catalyser nos efforts pour la changer mais ça ne se passe pas toujours comme ça... Tant que les classes ouvrières seront calmées avec "du pain et des jeux", il y aura des troupeaux hétérogènes de moutons qui brouteront tranquillement pendant que le monde brûle.

Concernant "Callow", c'est la crise des opiacés aux States qui a motivé l'écriture de ce morceau ou la grosse consommation d'antidépresseurs dans nos sociétés actuelles ?
Un peu des deux. J'ai été mis au courant des abus de Xanax par mon fils qui est ado et fan du rappeur soundcloud Lil Peep, aujourd'hui décédé. Il semble que cet artiste appartenait à une nouvelle génération de gamins qui cherchent à calmer les angoisses modernes par l'automédication et les drogues vendues sur prescription. La thérapie par la parole semble être passée à l'arrière-plan, c'est plus simple et plus économique pour les médecins de prescrire des anti-dépresseurs que de promouvoir une approche plus saine et mentale. Cette génération est en train de se perdre dans un brouillard de médocs.

Il y a beaucoup de textes sur l'inégalité des classes, concernant "Dumbdown", vous imaginez une nation tomber en dépression nerveuse. Le Brexit en pourrait-il être la cause ? En tant qu'Irlandais du Nord, j'imagine que vous êtes pleinement affectés par les conséquences, notamment sur une éventuelle création d'une frontière entre l'Irlande et l'Irlande du Nord ?
Être issus d'une communauté aussi divisée que l'Irlande du Nord nous a rendus très sensibles aux conséquences de telles idées. Le Brexit nous semble complètement absurde. Pourquoi un pays voudrait-il se couper du reste du monde ? C'est de la folie.

Therapy? semble toujours actif, entre compositions, studio et tournée, est-ce que tu arrives à vivre plusieurs jours de suite en mettant la musique de côté ? Qu'apprécies-tu faire dans ces moments de "repos" ?
Oui, j'ai d'autres passions et surtout le football. Je suis fier d'être abonné pour la saison au Chelsea Football Club et j'essaye d'y aller le plus possible, si je suis dispo, j'y vais ! J'aime bien aussi faire un peu de sport et d'exercice, à mon âge j'en ai besoin ! Une autre de mes grandes passions est la lecture.

Répondre à des interviews par mail, c'est chiant, très chiant ou un réel plaisir ?
Bien sûr que c'est un réel plaisir ! Merci.