Rock Rock > The Sound of Animals Fighting

Biographie > The Sound from the jungle

Projet atypique, The Sound of Animals Fighting est un groupe de rock progressif composé de divers musiciens issus de RX Bandits, Circa Survive, Chiodos, Finch et Days Away/Good Old War. Autant de backgrounds musicaux brouillant les pistes et qui ont conduit les membres du groupe à évoluer masqués sous pseudo. On trouve ainsi des albums du groupe avec pour casting The Nightingale, The Walrus, The Lynx ou The Skunk, tous dissimulés sur scène ou sur les visuels, derrière des masques correspondant à leur animal respectif. Quelques membres permanent cimentent le projet, Rich Bailling a.k.a The Nightingale, homme de base de The Sound of Animals Fighting est entouré d'Anthony Green, Matte Embree et Chris Tsagakis mais surtout d'une multitude de collaborateurs ponctuels qui viennent par strates successives apporter leur petite touche au travail du groupe. L'enregistrement en studio est pour ainsi dire réduit à quelques sessions épars, chacun enregistrant de son côté de manière aléatoires d'après les esquisses de morceaux envoyées par Balling. Des collaborations certes à géométrie variable mais qui n'empêchent pas pour autant le groupe d'enchaîner les sorties avec une régularité métronomiques : Tiger & the duke demos (2004), Tiger and the Duke (2005), Lover, the lord has left us... (2006), We must become the change we want to see (2007), The Ocean and the sun (2008).

The Sound of Animals Fighting / Chronique LP > The ocean and the sun

The Sound of animals fighting - The ocean and the sun Au rayon "groupes masqués", on avait les très honorables Mushroomhead puis le phénomène commercial (à défaut d'artistique... sic) Slipknot, voici également The Sound of Animals Fighting. Et là plus rien à voir avec les deux précédents. Car déjà, TSOAF, c'est du rock alternatif aux effluves progressives et à l'indépendance artistique incontestable. The Ocean and the sun en est l'exemple parfait. Avec les qualités de ses défauts et, comme souvent, vice-versa. Kaléïdoscopique, un peu fourre-tout mais rafraichissant et inventif, cet album brasse large, mélange les genres, se pose comme la synthèse de tout un pan de la scène indépendante US en délivrant en tout et pour tout une douzaine de compos ambitieuses aux mélodies suaves et arrangements raffinés. De l'éponyme "The ocean and the sun" au sublimissime "On the occasion of wet snow", The Sound of Animals Fighting délivre un cocktail sonique qui vient cajoler nos tympans et effleurer notre âme. Le tout porté par des mélodies enivrantes, des instrumentations aux délicates touches progressives, quelques crescendo émotionnels ("I, the swan") et surtout un disque à la ligne de conduite difficile à cerner.
Car si The Ocean and the sun est un disque foisonnant, la profusion des éléments musicaux venant s'agglomérer les uns aux autres a parfois tendance à se révéler difficile à suivre dans ses pérégrinations progressives... A force de se disperser et de se remettre sans cesse en cause artistiquement, le groupe s'égare parfois ("Another leather lung", "Cellophane") avant de reprendre du poil de la bête en levant le voile sur un rock destructuré mais enthousiasmant ("The heraldic beak of the manufacturer's medallion"). Des guitares qui partent dans tous les sens, une section rythmique qui en met partout, c'est inventif et incroyablement inspiré. Là où le bât blesse, c'est que la fâcheuse tendance qu'à TSOAF a trop souvent changer de sentier musical déroute et n'est pas toujours couronnée de succès (l'interlude "Chinese new year", "Uzbekistan" et son électro épileptique déjantée). Au moment de conclure son The Ocean and the sun à l'artwork particulièrement réussi, The Sound of Animals Fighting se reprend avec l'élégant "Blessings be yours mister V" avant de boucler la boucle sur en s'essayant à l'exercice parfaitement inutile du mur de saturation agaçant plus qu'oppressant et de mettre un point d'orgue à son album avec le magnifique "On the occasion of wet snow" évoqué précédemment...