Rock Rock > Teorem

Teorem / Chronique EP > Trois x rien

Teorem- Trois x rien Tranquille, revoilà Teorem, le citadin mélancolique, qui vient déposer son troisième EP, Trois X rien. Pas trois fois rien, mais plutôt 5 titres où Teorem continue de livrer ses émotions, ses humeurs, les aléas de sa vie quotidienne. Pour ce troisième volet, toujours la même recette, une electro pop élaborée, sur laquelle Teorem vient poser sa voix, en mode spoken word nonchalant et alangui. Cette fois, il exporte son spleen, en dehors de la ville, avec une ode sur la diagonale du vide, "Rien" ; il nous présente aussi quelques amis, "James", "Claire", présentant leurs névroses et leurs spleens moderne. Teorem raconte sa vie (nos vies), avec poésie et sans violence, sur une musique aux sonorités mélodieuses et légères. Une certaine antinomie entre un fond musical clair et doux et des sujets sombres et sentimentaux. Au choix, cela permet d'accompagner ta journée d'un fond musical cool ...ou d'écouter ces états d'âmes, et en pleine période de vagues de cas covid, d'éventuellement suivre son conseil : "la vie ça fait des vagues, alors surfe".

Teorem / Chronique EP > Terminus Montparnasse

Teorem - Terminus Montparnasse La pêche à la mouche, Clermont-Ferrand, les ballades en forêt... ces thèmes ne seront pas développés dans ce deuxième EP de Teorem aka Remi Libéreau, bien au contraire ! Teorem est un Parisien amoureux de sa ville et de ses habitantes qui conte ses gloires et déboires dans cet album d'électro hip-hop. De ces deux styles, aucun n'occulte l'autre, la bande son ne se résume pas à quelques samples posés sur un rythme basique, elle sait alterner le chill out, la house ou l'électro-pop avec des compositions qui emmêlent avec minutie, aussi bien les sons des synthés que ceux des instruments plus traditionnels. Et Teorem déambule sur ces avenues sonores en diffusant un flow cool, nonchalant, presque désabusé. C'est une ode à la vie parisienne ("Paris"), celle des bars, des cafés et des rencontres que l'on peut y faire. Les aventures d'un noctambule en quête de relations plus intenses, qui se fait jeter ("Barbie de Barbès") mais y croit toujours ("Le roi des croches"). Pour bien apprécier Teorem, il suffit de se poser au comptoir et d'écouter avec plaisir ce pote qui te raconte qu'avec elle, il "vivra à l'arrache comme Cosette et Gavroche". Et comme on le sent sincère, on écoute avec attention.