rock Rock > Tanguero

Biographie > Tango et rock ?

Lyon. Début 2006. 5 zicos, anciens Check This Out, Exsonant, Jaïl, Mind The Step et Miss Fire s'associent au sein d'un nouveau projet. Son nom : Tanguero. Du coté des influences, il faut gratter autant du coté de The Used, Queens Of The Stone Age, Thrice que de Refused, The Hives ou Hell Is For Heroes. Le quintet s'inscrit dans une veine "emo'n'fire rock", donne quelques concerts dans le bassin Lyonnais (dont une première parie de The Rakes) et compose de façon continue depuis sa création. Si bien que le groupe sort en début d'année un EP et prévoit déjà de sortir un album dès l'an prochain.

Tanguero / Chronique EP > Tanguero

Tanguero - Tanguero Eh non, il n'y a absolument pas erreur sur la marchandise ! C'est bien, comme indiqué à plusieurs reprises sur la communication du groupe, de l' "emo'n'fire rock" que la jeune formation envoi dans ses amplis. "Emo" de par le chant et des écorchures provoquées, "fire" pour l'aspect assez flamboyant de l'ensemble et "rock" parce qu'on est pas non plus là pour rigoler, hein !
Des chansons dénommées comme aurait pu le faire Aqme ("Tire un trait", "Il suffit d'un détail"), des ambivalences ("Sans contrainte") que Oedipe a poussé jusqu'à son paroxysme, le coté pop d'Elevate Newton's Theory ("Tire un trait"), le punch de leurs voisin de Stereotypical Working Class et même quelques velléités datant de Miss Fire ("Il suffit d'un détail") : voilà de quoi confirmer l'attachement du groupe d'évoluer entre émo et rock, tout en accordant un intérêt pour d'autres horizons (des vibrations pop aux tronçons hardcore de "Sens du réel"). L'énumération de références hexagonales pour situer Tanguero n'est pas (totalement) due au hasard. Si au niveau des compos, l'influence de formations anglophones telles que Refused, At The Drive-In ou Hell Is For Heroes est perceptible, s'ajoute, chose risquée, un chant intégralement livré en français et vient catégoriser les Lyonnais parmi les formations sus-nommées (et auxquelles il est possible d'ajouter les défunts Leto, Zombie Eaters, Mary Slut ou Seaside). Ce chant, exécuté dans les règles du style, prendra du temps à (me) convaincre et un soupçon de hargne supplémentaire infligée aux instruments aurait rendu le tout plus attrayant, toujours à mon goût.
Tanguero signe néanmoins un 5-titres soigné, possédant de quoi s'attirer un public "plus-que-Lyonnais" et permet de patienter, avec une certaine confiance, un plus long effort... puisqu'il semble déjà être sur les rails.