rock Rock > Tall Firs

Biographie > Ca sent le sapin

Le duo folk-rock New-Yorkais Tall Firs s'est formé en 1990 autour de deux amis de lycée, Dave Mies et Aaron Mullan. La particularité de ce duo est d'avoir effectué son premier concert au bout de onze ans et d'avoir sorti son premier album éponyme seize ans après sa création sur Ecstatic Peace!, le label de Thurston Moore (Sonic Youth) avec qui ils ont notamment partagé la scène. La raison s'explique tout simplement par la distance trop lointaine entre les deux hommes qui s'échangent des maquettes par voie postale. Tall Firs sort un deuxième album en mars 2008 intitulé Too old to die young, période durant laquelle le groupe accueille un batteur répondant au nom de Ryan Sawyer, qui n'est autre que l'un des premiers batteurs d'At The Drive-In . Ce dernier accompagne le duo jusqu'en 2011 puis ce sera le tour d'autres personnes tels que Jeff Mangum de Neutral Milk Hotel. En 2012, Mies et Mullan reviennent aux affaires après une année de pause avec Out of it and into it, LP mêlant guitares électriques et acoustiques pour une redéfinition élargie du folk.

Tall Firs / Chronique LP > Out of it and into it

Tall Firs-Out Of It
C'est dépourvu de Ryan Sawyer, batteur sur leur précédent album, que le duo Tall Firs revient au format d'origine avec un troisième album aux ambiances contemplatives sorti chez ATP Recordings, le label du festival du même nom (Anywhere, Deerhoof, Sleepy Sun...). Ni totalement folk, ni foncièrement rock, Out of it and into it met surtout l'accent sur le travail de cohabitation(s) des guitares à la fois acoustiques et électriques des New-Yorkais. Les copains de Thurston Moore (Sonic Youth), chez qui ils ont signés dès leurs débuts, manient l'art des vocalises à fleur de peau dans la plus pure tradition des chanteurs country-folk américains et titille même étonnamment le timbre vocal de Jay Mascis (Dinosaur Jr). Les influences rock indé, style dont est issu Tall Firs, présentes dans ces nouveaux titres, nous laisseraient presque penser qu'il s'agit là d'un album récréatif d'un artiste du milieu. Il y a dans cette œuvre de onze titres cette petite dose de mélancolie probe qu'on aime savourer un soir d'été au bord d'un feu de camp. Le seul bémol, s'il y en a un, est qu'Out of it and into it s'essouffle au fur et à mesure que les titres défilent, trop linéaires sans doute. Dommage.