Rock Rock > Stretch Arm Strong

Biographie > Stretch bio

Formé en 1993, Stretch Arm Strong (nommé ainsi en référence d'un jouet populaire dans les années 80) balance du hardcore d'un style assez particulier. Pas un hardcore unidimensionnel, mais un hardcore qui mixe avec énergie différentes idées et courants. Après l'album A Revolution Transition mixant allègrement, pianos, cordes, des tonnes de parties chantées, ainsi que un nombre impressionnant de fast punk, Stretch Arm Strong revient avec un Engage de toute beauté. Du punk hardcore, dans toute sa splendeur, sans artifices, sans monotonie, Stretch Arm Strong à des tonnes d'idées dans ses cordes, et surtout pas mal d'énergie à revendre.
Stretch Arm Strong a un lourd passé derrière lui, Compassion Fills the Void en 1997, Rituals of Life en 1999, complèté par un EP de 6 titres, un split et un mini-CD, ainsi que des tournées avec Hatebreed, Sick of it All, Boy sets fire et New Found Glory.

Stretch Arm Strong / Chronique EP > Engage

Stretch Arm Strong : Engage Engage alterne sans brutalité, des parties punk épurées, rapides, à la Fat Wreck Chords, avec des coups de massues hardcore à l'efficacité redoutable. Plus épuré et direct, le groupe a passé pas mal de temps à peaufiner ses chansons avant d'entrer en studio. Un NRA croisé avec un Haste déboule dans les enceintes pour les faire vibrer à 100 à l'heure. Des titres rapides, avec des hymnes chantés, comme "We bleed" ou le plus violent "Raise your fist", s'enchaînent avec des titres mélodiques comme "Miles apart" ou "Rising again" aux riffs accérés, où les parties hardcore se déchainent avec furie.
"Miles apart" joue la mélodie dans toute sa splendeur, très soft et très direct, le refrain fuse comme une mécanique bien rodée, la basse est un sucre candy qui ondule avec éclats. Après ce titre tout en mélodies, Stretch Arm Strong ne pouvait que remettre le couvert avec une bombe hardcore comme "Devil shoots Devil", dont le crescendo est un tsunami sonore, vents violents, vagues de cris, guitares noyées dans la saturation.
Loin de tomber dans la monotonie, même celle d'alterner punk et hardcore de manière automatique, Stretch Arm Strong lance des idées fortement sympathiques sur "Black clouds", "Perception of energy", "Miles apart" ou "Raise your fist", et sur le magnifique "Defect" à l'intro aérienne, qui s'embrase avec délice, et se consume en étincelles sur des jets incandescents de guitares. Puisque le temps est aux incendies, "The calling" ajoute sa contribution avec sa bonhomie qui contraste avec violence avec "Ignition" et sa rage pure.