Stonebirds - Time Dans le numéro 22 nous avions déjà salué le premier opus des bretons de Stonebirds. La qualification de « stoner froid » qu'on leur avait accolé à ce moment-là reste toujours aussi pertinente avec ce deuxième superbe album qu'est Time. Mais là où Into the fog... and the filthy air peignait de vastes paysages celtiques et venteux, Time s'ouvre comme un bulletin météo annonçant une mer agitée.

En effet les guitares se font régulièrement plus belliqueuses et telluriques en lorgnant vers le sludge. On dénote à plusieurs reprises sur ce nouvel album des tendances extrêmes (chants gutturaux, down-tempo) qui ne s'affirmaient pas autant sur son prédécesseur.

Résultat : on se retrouve avec une grosse épopée aux accents chamaniques et ensorceleurs. Les ambiances sont mieux travaillées a tel point qu'on imagine aisément l'intro de "Blackened sky" devenir la B.O d'un film fantastique. Cette envie très visible de prendre le temps pour développer les atmosphères a poussé le groupe à tirer vers un rock progressif passionnant. Et même si certaines transitions sont aussi brutales que dans un album de Metallica, le mélange entre la brutalité et la finesse des mélodies fait passer la pilule.

Time n'est pas de ces albums avec qui l'on couche le premier soir et demandera probablement un peu de temps pour se faire apprivoiser. On pourra toujours y redécouvrir des détails ou des sonorités qui nous avaient échappés. On notera d'ailleurs que tout en gardant sa maîtrise et son style personnel Stonebirds est venu emprunter à ses cousins hexagonaux. On retrouve par exemple Glowsun dans les guitares clean aux accents orientaux (d'ailleurs leur dernier album aussi comporte le mot « Time », hasard ? Je ne crois pas !).

Une fois de plus on s'inclinera également devant la prod, toujours aux antipodes des canons du genre. Christope Chavanon réussit en effet l'exploit de faire sonner le groupe de manière « live » tout en lui donnant un espace immense à remplir de son son granuleux. On comprend encore mal comment des riffs aussi lourds peuvent sonner de manière aussi légères et fines, mais ça marche.

Les Bretons confirment donc leur entrée dans la galaxie des groupes de rock inspirés par Marie-Jeanne qui font la pluie et le beau temps (enfin surtout la pluie) en France. Aux cotés donc de Glowsun ou encore d'Abrahma.