Originaire de New York, Sonic Youth est sans aucun doute l'un des plus vieux groupes chroniqué sur le site [NdlR: et King Crimson et Pink Floyd ???]. Et pour cause, Kim Gordon (basse/ chant), Lee Ranaldo (guitare/ chant), Thurston Moore (guitare/ chant) et Richard Edson (batterie) ont commencé à jouer ensemble en 1982. Edson ne restera pas longtemps dans le groupe, tout juste le temps d'enregistrer un premier EP éponyme, avant d'être remplacé par Bob Bert, qui sera derrière les fûts sur Confusion is Sex (1983) et The Bad Moon Rising (1984), les deux premiers LP du groupe.
Adepte d'une pop noisy est innovante, Sonic Youth cartonne au Royaume Uni avec The Bad Moon Rising puis devient l'un des groupes pop rock phares de la scène underground internationale avec l'excellentissime Evol (1986) puis Sister en 1987. Entre-temps, Bob Bert a également quitté la formation et se voit remplacé par Steve Shelley.
A chaque année son nouvel opus pour Sonic Youth et en 1988, le groupe fait une nouvelle fois parler de lui avec le double album Daydream Nation, qui attire sur le quartet l'attention de la critique et de l'ensemble de la profession. Les Sonic Youth signent alors chez une major (Geffen) et remettent le couvert deux ans plus tard avec l'un des albums de référence du genre : Goo. Suivront Dirty, Experimental Jet Set, Trash and no Star, Washing Machine, où le groupe se laisse progressivement aller à l'expérimentation et s'ouvre vers de nouveaux horizons musicaux.
Pionnier de la pop/ noise tendance underground, adepte de la dissonance, le groupe composent par la suite plusieurs EP (Sunday, Syr I, Syr II…) que les new-yorkais soniques sortiront via leur propre label indépendant : SYR (Sonic Youth Records). Indestructibles, prolifiques et toujours inspirés, les Sonic Youth sortent depuis des albums toujours très réussis avec une effrayant régularité (A Thousand Leaves, NYC Ghosts & Flower…).
En 2002, petite révolution au sein du line-up de la formation new-yorkaise, Jim O'Rourke, devient le cinquième membre officiel du groupe et participe à la production de Murray Street. Deux ans plus tard, sort l'excellent Sonic Nurse, énième LP du groupe qui prouve une chose : les grands groupes ne meurent jamais.