rock Rock > Slo Burn

Biographie > Burn the desert !

Petit rappel des faits, en 1996, Kyuss, combo mythique quasiment inventeur à lui seul d'un genre à part, le stoner rock, se sépare et les membres s'en vont former d'autres groupes stoner tels que Queens of the Stone Age, pour ne citer que le plus connus. John Garcia, ex-chanteur de Kyuss, désireux de poursuivre le travail entreprit avec notamment Josh Homme et Alfredo Hernandez, décide de monter un nouveau combo stoner Slo Burn. Recrutant par là-même Chris Hale (guitare), Damon Garrison (basse) et Brady Houghton (batterie), John Garcia se lance dans le défi un peu fou de prolonger l'aventure de Kyuss avec ce groupe qui apparaît un peu comme le petit frère de ces derniers.
En 1997, Slo Burn entre en studio pour enregistrer une petite dizaine de titres, dont 4 figureront sur l'unique disque sortit durant la courte existence du groupe, un EP 4 titres intitulé Amazing the amusing. Curieusement, le groupe s'arrête là et John Garcia s'en va fonder Unida, où il y retrouvera d'ailleurs un ex-Kyuss en la personne de Scott Reeder. L'histoire de Slo Burn s'arrête malheureusement là... enfin, pas tout à fait pour être exact.
En effet, seuls 4 des 9 titres enregistrés en studio avaient été mis à la disposition du public vers Amazing the amusing [EP], alors un petit éditeur australien a eu la fine idée de compiler les 9 titres de manière à faire de ce disque un véritable album. assez difficile à se procurer mais qui vaut largement que l'on fasse un petit effort de recherche(s).

Slo Burn / Chronique LP > Amazing the amusing

slo burn artwork Basse d'une lourdeur considérable, riffs caniculaires et obsédants, chant qui n'est pas sans rappeler celui de John Garcia, le chanteur des cultissimes Kyuss et Unida, "Prizefighter" qui à la tache de mettre sur orbite Amazing the amusing est plus qu'un simple titre d'ouverture. C'est un véritable appel au désert, un hymne au stoner rock et à l'esprit de liberté absolue qui caractérise se style musical. Slo Burn, ou le groupe qui, dans la (très) longue série de formations se réclamant héritières de Kyuss, marche dans les pas de ceux qui ont révolutionné l'histoire du rock avec des albums tels que Blues for the Red Sun ou ...and the Circus leaves town.
Riffs acérés façon lames de rasoir, section rythmique omniprésente, "Muezli" et "July" font oublié le petit coup de mou d'un "Pilot the Dune" finalement assez ensablé et un peu anecdotique. Mais sur les autres titres de cet album batterie claque comme jamais, l'énergie de Slo Burn est démentielle et du coup, forcément contaminatrice, à tel point qu'on a envie de reposer la bière et de se lancer dans un solo de gratte interminable. On peut toujours rêver non ?.
Petite précision alors même que débute le très sobre et éponyme "Slo Burn", du stoner brut de décoffrage qui défouraille comme celui-là, ça s'écoute à pleine puissance, histoire de dépoussiérer un peu les enceintes et de s'imaginer, un temps, perdu en plein désert texan sous un soleil de plomb avec pour seuls voisins quelques cactus et une pleine cargaison d'alcool. Maintenant que l'on est d'accord, Slo Burn peut envoyer la sauce avec un "Cactus Jumper" branché sur courant alternatif puis un "Round Trip" au tempo lent et monstrueusement groovy. Du désert rock pur jus qui nous refait penser à quel point Kyuss manque à la scène stoner actuelle.
Alors que dire, lorsque Slo Burn en rajoute une couche finale avec "Snake Hips", un titre qui ne peut qu'évoquer l'énorme "Thong Song" de Kyuss. A défaut d'une originalité étourdissante, le combo s'offre un hommage de haute volée aux fondateurs du mouvement stoner. Slo Burn, le petit frère de la bande à John Garcia et Josh Homme, quoi de plus normal après tout. en attendant une très hypothétique reformation de Kyuss, dont l'actuel leader des Queens of the Stone Age ne veut pas entendre parler malgré la montagne de billets verts qui leur serait offerte. Dans l'immédiat, Amazing the amusing est encore sur la platine, allez, on s'offre un petit replay.