Slide on Venus - David Bowie was right Survoltée, incandescente, power-pop élégante et rock alternatif, la musique des SoV* éclabousse les enceintes de toute sa classe, les Bisontins avaient surpris leur monde avec un EP gorgé de pépites du plus bel éclat, avec David Bowie was right..., ils récidivent sans se préoccuper des dommages collatéraux. Rien d'absolument révolutionnaire à l'horizon, le quartet distille des compos qui respectent à la lettre les codes du rock anglo-saxon et des mélodies pop addictives, mais le fait avec un talent fou. Un songwriting d'une furieuse efficacité, la fièvre au corps et armés de guitares incisives comme jamais, les Slide on Venus font ici un gros coup. Sorte de Rhesus dopé aux hormones, crossover d'un Lead Orphans et d'un Sorry for Yesterday branché sur 10 000 volts, David Bowie was right... dévoile des titres qui, s'ils puisent leur inspiration, de l'autre côté de la Manche, le font non sans oublier cette petite "french-touch" qui faisait (aussi) tout le charme de leur premier EP (Pixel). Soit, une énergie débordante, des mélodies soigneusement électrifiées pour nous emporter dans un tourbillon pop-rock et une prod nickel chrome qui sert de parfait écrin aux compos d'un groupe qui sait parfaitement où il va.
Quatre titres : quatre bombes. 18 minutes de plaisir sonique pur qui nous emmène de "We'll all get what we came for" jusqu'à "You're sweet but I'll say no" en passant par "Me, myself & I" et "Icarus". Quatre tubes qui permettent aux Francs-Comtois d'assurer un peu plus la maîtrise de leur sujet. Une power-pop aux refrains que l'on garde en mémoire sans difficulté, une rythmique toujours plus bondissante et des guitares amplifiées qui ne font que renforcer l'impact des mélodies écrites par le quartet, le tout pour un EP que l'on écoute encore et encore sans pouvoir se laisser. Bluffant. D'autant que c'est ici du travail d'orfèvre : une précision diabolique, des enchaînements qui épousent parfaitement les breaks sulfureux que le groupe a su placer avec une intelligence de jeu qui lui offre le luxe de pouvoir dynamiter ses compos comme bon lui semble. C'est ça aussi la "SoV*'s touch" : l'art d'écrire des morceaux qui cartonnent avant de les exécuter avec une assurance qui ne souffre d'aucune contestation. Et ça, les zikos savent le faire mieux que personne, jusqu'à nous démontrer par A+B que tout était déjà dans le titre complet de cet EP 4 étoiles : David Bowie was right... we can be heroes. Comme une évidence.