rock Rock > Six Months Of Sun

Six Months Of Sun / Chronique LP > Below the eternal sky

Six months of sun - Below the eternal sky Bientôt une dizaine d'années que Six Months of Sun carbure et si le combo ne se presse pas pour sortir des albums (le précédent And water flows date de 2013), c'est qu'ils ont des activités annexes (notamment Lilium Sova pour Cyril) et qu'ils s'attachent à faire les choses correctement. Tout est donc ultra précis et soigné, depuis l'artwork (fabuleux) jusqu'au son (signé Serge Knut Shora Ventura Lofofora ... Morattel) en passant par les huit compositions. Le trio est toujours instrumental et ne peut pas compter sur un chanteur pour donner une identité à chacun de ses titres, c'est donc en variant les rythmes, la puissance des riffs et les sonorités que Christophe (et sa guitare), Cyril (et sa basse) et Daniel (et sa batterie) façonnent des pièces qui se distinguent les unes des autres tout en gardant le même esprit desert-rock granuleux. Mon inclination personnelle va vers les pistes plus traînantes ("Mud horse rider" et sa montée en pression, " Savage sword" et sa basse claire, "Death of iron" qui apporte un peu de lumière) qui se démarquent davantage de celles qui sonnent comme des cavalcades ("Anvil of war") sans pour autant tomber dans le sludge poussif et donc la facilité.

Six Months Of Sun / Chronique LP > And water flows

Six Months Of Sun - And water flows Dans le genre pratiqué par les Genevois de Six Months of Sun, le stoner instrumental, il est toujours facile pour le chroniqueur fainéant de citer Karma To Burn ou Yawning Man... Sauf que le groupe réussit à tirer son épingle du jeu grâce à une personnalité entre plusieurs chaises : pas stoner-autoroute comme Karma To Burn ni stoner-désertique comme Yawning Man, un peu entre les deux mais pas seulement. Dès le premier titre, "Electric bones", c'est un voyage bien sympa qui nous est offert et le périple en question est assez varié dans les paysages proposés pour tenir en haleine durant les 8 titres qui composent And water flows : c'est parfois très agressif, parfois très épuré, parfois assez heavy, parfois plutôt lent, parfois plutôt rapide, parfois efficace, parfois bavard... Quand en plus le groupe semble maîtriser la nomenclature du stoner-rock sur le bout des doigts, on a là une bien agréable surprise dans le registre album bien foutu. Seule la pochette, qui ne reprend pas les codes du genre, est véritablement surprenante mais ce And water flows n'est pas à négliger car il te fera bouger la tête à maintes reprises : ça tombe bien, c'est tout bonnement ce que l'on demande à ce type de musique. Bien joué.

Note du rédacteur : les musiciens de Six Months of Sun sont issus de Colossus Fall et Lilium Sova.