Shuffle- Upon the hill Bel artwork, beau son (signé Arnaud Bascuñana (Deportivo, Luke, No One Is Innocent...), distribution quasi mondiale, le premier album de Shuffle ne passera pas inaperçu et prouve qu'un groupe monté en 2009 et qui n'a sorti qu'un EP peut aller loin avec une campagne de crowdfunding. Depuis le slow langoureux à l'américaine jusqu'au (néo)métal (chant rappé par moments et gros slaps de basse dans ta face) en passant par de la power pop à l'anglaise (les mélodies douces ou tranchantes), le post rock (pour la piste instrumentale) et bien sûr du rock (les rythmiques, les effets, les riffs...), les dix titres d'Upon the hill donneront du fil à retordre à ceux qui veulent enfermer les groupes dans des tiroirs mais quelles que soient leurs influences, tous s'adoptent très rapidement. Si l'on excepte ce petit (et satané) accent qui trahit les origines du groupe, on peut voir Shuffle comme un rejeton d'une musique transfrontalière des années 90, comme si les Red Hot Chili Peppers avaient élargi leur propos au lieu de prendre leur virage mielleux. Et si la modernité c'était de partir un peu dans tous les sens et de plaire quand même ?