Shiko Shiko - Maké maké Dire que l'on est fan de Shiko Shiko à la rédac' (enfin, surtout Ted et votre serviteur, les autres n'ont pas encore cédé à notre prosélytisme mais ça ne va pas tarder...) est un euphémisme tant ces mecs-là ont su développer un univers qui leur est propre. Une conception de la pop bandante, jouissive, une volonté de choper l'auditeur sans pour autant faire les égouts du mainstream, tout en restant exigeant et singulier. Puis en plus, ils sont particulièrement excellents en live. Enfin bref, ce groupe a bien des atouts dans son caleçon.

Avec Maké maké, le groupe ne fait que renforcer notre attachement avec une série de titres tout bonnement excellents. Au milieu de pistes très immédiates, des morceaux plus longtermistes dans la digestion font leur apparition. Et c'est un peu ça Shiko Shiko, des éléments qui te catchent les neurones de suite ("Normcore", "Scalpelogique", "Gloomy part I"...) et d'autres dont les qualités n'apparaissent pas instantanément. Parmi ces morceaux qui se laissent mériter, on pourrait citer l'excellent "Akira & Virgile", l'un des premiers titres dévoilés lors de la promo de l'album, une sorte d'opéra-fourre-tout-rock ou "Weimar 1900" qui cumule un peu tout ce que l'on aime chez Shiko² : ces vocalises habitées, ces ambiances volatiles, les phases percussives, cette propension à emmener l'auditeur dans une transe loufoque et une richesse dans les instrumentations qu'ils doivent à ces influences éclatées mais aussi à leur propre talent et ingéniosité... Bref, tu ajoutes à ça un songwriting qui ne faiblit pas et tu obtiens Maké maké, de l'endorphine et du swag sonore par palettes de 12.