sheavy_synchronized.jpg Celui-là, je dois admettre que je ne le connaissais que de réputation, sans jamais avoir eu la chance, ni pris le temps de mettre la main dessus. Et voilà que, (coup de bol), mon très estimé collègue et spécialiste renommé de bières belges, j'ai nommé Oli, me confie qu'il lui reste un exemplaire de Synchronized dans sa discothèque plutôt bien fournie. Ni une ni deux, le champion national du bon goût envoie la galette dans le terrier du champion national du mauvais et voici comment un disque qui nous été passé complètement à côté, faute de temps, arrive dans ces pages un peu après son successeur (et oué, nous on ne fait rien comme les autres et on assume...). Et finalement, ce n'est pas plus mal de ressortir les veilleries des cartons, parce que dès le premier titre ("Firebird 350"), sHeavy déballe le matos et ne se prive pas pour envoyer du grain à moudre sur la platine. Et une bastos directe sur les enceintes de votre serviteur. Un titre purement stoner/ rock'n roll qui décrasse les boulons, catchy et furieusement efficace. De quoi faire du bien par où ça passe. Petit souci cependant avec le deuxième titre "Last of the V8 Interceptors", puisque les canadiens tendent un peu vers un heavy rock calibré FM, pas forcément du meilleur effet et sommes toutes assez convenu, ce, malgré une prod absolument nickel chrome. Mais le groupe va relever la tête, après tout, sHeavy on a suffisamment de bouteille (désolé pour les jeux de mots vaseux) pour ne pas se laisser griser par la facilité, et les bûcherons de nos servir un Nex exit to vertigo et des parties de basse aux petits oignos tandis que le gratte s'enfile un petit solo carrément ultime. Et oui, les solo, chez le groupe, on sait faire. Et là surprise, sHeavy enchaîne avec une petite ode bluesy gorgée d'effets et un peu brumeuses, histoire de nous endormir un peu pour mieux nous remettre les idées en place avec un titre éponyme aux textures synthétiques pas forcément les bienvenues, mais surtout deux nouveaux titre : "Kill queens go disco" et "AFX..." définitivement "rock in your face". On l'a compris, si Synchronized ne parvient pas à éviter quelques clichés un peu quelconques, cet album nous réserve tout de même suffisamment de rock qui dérouille et se révèle plus que sympathique. Ni plus, ni moins qu'un solide album de heavy rock solide et hormoné.