rock Rock > Seine

Seine / Chronique LP > 22

Seine - 22 Pourquoi toujours zieuter outre-Atlantique ou outre-Manche pour croire qu'il n'y a que là-bas que l'on peut trouver de l'indie rock ? Et pourquoi l'anglais serait-il le seul idiome accepté ? Bon, c'est vrai que ça sonne pas mal ensemble mais bon, faut pas rester cantonné dans son pré carré. Déjà en France, il y a de quoi se gaver si tu cherches bien. Mais en Europe aussi, et pourquoi pas lorgner du côté de la Croatie en cette nouvelle année ? Seine nous avait déjà démontré ses capacités dans ce domaine au sein de feu Vlasta Popić (splitté en 2015) et en solo avec son premier EP Sno sna sorti en 2017. Il revient avec un nouvel LP de 7 titres, aux noms aussi énigmatiques que "Novĉe", "Treba" ou "El zlo". Énigmatiques, car mes connaissances en croate étant aussi limitées que les capacités d'un poulpe en billard français, j'aurais bien du mal à expliquer les thèmes développés. Néanmoins, la voix plaintive et fragile de Seine, la guitare folk atypique, les petits arrangements personnels sont autant d'éléments constitutifs du style du Croate qui offre une musique originale et reconnaissable d'entre tous ; qui sait osciller entre post pop et post rock. Une certaine belle variation du rock, qui n'est définitivement pas un temple sacré, réservé aux anglo-saxons et autres clameurs de "Yeah ! Rock'n'roll baby !". Seine y a fait son entrée, et maintenant il s'y installe.

Seine / Chronique LP > Sno sna

Seine - Sno sna Ami(e) lecteur(trice), loin de moi l'idée de te flatter gratuitement, mais si tu aimes parcourir le MAG, tu es donc naturellement curieux(se), ouvert(e) à d'autres univers musicaux, ne laissant pas la machine médiatique te dicter quelle soupe tu dois ingurgiter. Par conséquent, que dirais tu de découvrir un sympathique LP de musique folk rock croate ? Bon, présenté comme ça, tu vas peut-être penser que Seine est dans la lignée des fanfares des Balkans, sauce Goran Bregovic, avec clarinette et accordéon mais ce serait une erreur. Sur une base guitare folk basse batterie, le trio de Seine propose un indie rock aussi diversifié dans le style que minimaliste dans l'orchestration. On apprécie des ballades presque pop ("Spavam"), des titres folk ("Privatno tijelo"), voire plus post-rock ("Ko"), limite noisy ("Silo") et même a capella ("Janko"). Pour ce qui est de l'influence croate, hormis le chant et "Bubamara" aux accents volontairement folkloriques, les 9 autres tracks sont des hits mélancoliques, plombants, planants, aussi simples qu'efficaces. Sno sna, se traduit par "Le rêve d'un rêve". Alors si tu souhaites que tes songes aient une pointe de nouveauté, regarde un peu à l'Est.