rock Rock > Scapin

Biographie > eux, fourbes ? jamais !

Je me suis promis de ne pas faire la fausse vanne concernant Scapin et la pièce de Molière.... De toute façon, Scapin, ce n'est pas du théâtre, c'est bel et bien réel. Trois musiciens, guitare basse batterie, rock'n'roll. Du rock doré par la pop. Phillipe, JL et David, trois amis pour une belle histoire. Le groupe écume caf'conc' et salles de toutes envergures depuis quelques années. Rien que ça. En 1997, Santi, ex-Mano Negra reconverti au business chez Universal (et oui, les temps changent !) découvre le groupe et le signe chez le célèbre éditeur. Les choses prennent forment pour le groupe. Décibel Prod va lui aussi jouer son rôle en 1998, par l'intermédiaire de "JC" qui devient ainsi le tourneur du trio. Un 5 titres voit le jour entre deux tournées en Suisse et en France. 1999 rime avec tournée et rencontres musicales avec notamment Aston Villa ou Indochine. Les Scap' rencontre le futur producteur de l'album et rentre en studio qui se terminera mi-2000. Quelques concerts et des tractations avec des labels plus tard, le groupe signe chez AND Music puis chez Art Disto, nouveau label prometteur. L'album sort en octobre 2001 et va s'enchaîner une tournée pour présenter le bébé sur la route...Scapin, c'est :Jean-Louis : guitares, chœurs ; David : chant, basse ; Fred: batterie

Scapin / Chronique LP > Scapin

Scapin : Scapin Mordant rock et séduction pop. Tout est dit dans cette formule pour évoquer ce premier album du trio sobrement intitulé Scapin. Pêche, mouvements et émotion sont au programme de cette superbe galette. Dès le premier morceau, "Le soleil s'efface", après une intro de didjeridoo, la machine Scapin se met en route pour ne s'arrêter que 12 morceaux plus tard. 12 titres chantés en français pour des textes limpides et efficaces. Les guitares sont puissantes et mélodiques à la fois, la section basse batterie est en place, et les voix, quelles voix mes enfants ! David a ce truc qui fait de lui un chanteur d'exception, le tout accompagné par les chœurs de Jean Louis, mélodieux à souhait. "Entre elle et moi" n'est qu'une confirmation, les influences de Daran et d'Aston Villa sont digérés et le groupe développe son style avec brio. "Ne montre rien" est certainement mon morceau préféré. Une voix a vous faire pleurer, les instruments au taquet derrière, on sent la sincérité et l'amour du groupe pour le pop rock. Tous les instruments jouent leur rôle sans qu'il y ait un privilégié, pas de jaloux. On se détent ensuite un petit peu avec "Le ring", titre à dominante acoustique jouant avec des thèmes arabes. L'ambiance est posé, baissez les lumières, fermez les yeux et appréciez. C'est beau. La fin du morceau part dans des directions limites expérimentales mais toujours dans la pure tradition rock. "Etonne-moi" s'en suit avec batterie et arpèges à volonté. La basse rentre doucement avec toujours cette voix parfaite. Le tout s'emballe avec ses chœurs résonnant pour toujours dans nos têtes et cette guitare chorus dynamique à outrance. Mais qui a dit que le rock'n'roll était mort ? Certainement pas les Scap'. "Un homme" part sur les mêmes bases, couplet pop acidulé et refrain rock revanchard, le tout mêlé à des harmoniques vocales somptueuses. "L'hiver", saison triste reflète l'ambiance de ce morceau. Guitare accoustique, vibraphone, basse, les frissons sont au rendez vous. Scapin est véritablement une machine à émotion, et c'est pour ça que le groupe est bon. "...la tension va monter, la tension va monter ..." et soudain le tout explose. Jouissant. "Ma révélation" est la chanson pop par excellence, rien à y redire. "Un ange passe" fait aussi partie de mes morceaux préférés sur ce premier album des Scap'. Peut-être à cause de la voix, sûrement du fait des mélodies guitaristiques, assurément car la chanson me procure des sensations plus que positives. "Vieux" est le morceau le plus punk du disque, un hymne au pogo, avec ses accents pop dans les harmonies de voix. Ça fait du bien, ce défoulement après des ambiances plus posées. "Nous voici faits" est aussi très rock'n'roll, un rythme d'enfer. Mais ce n'est rien comparé au brûlot de ce disque, "L'éclat" qui porte bien son nom. Gros rythmes dès l'intro, couplets avec riff et grosse basse prenante, et le refrain qui dévaste tout sur son passage. Les voix sont sublimes encore une fois, puis l'ambiance se calme net, mais ce n'est qu'une accalmie avant la fin de la tempête. Parfait pour finir un disque de ce genre.
Alors pour se détendre un peu, on sort la disque de sa chaine hi-fi et on balance le tout dans son PC afin de visionner la piste cd-rom très instructive sur la vie d'un groupe en tournée et les galères de studio. Près de dix minutes de bouts de vie de Scapin. Ou alors vous faites comme moi, vous réenclenchez la fonction "Play" du lecteur et vous vous reprenez douze morceaux regroupés dans un album magique et irrésistible. La classe quoi !Scapin, véritable petit phénomène pop rock, a déjà sa réputation bien établie sur scène, pour des shows vigoureux et entraînants. Le groupe démontre avec ce LP que l'étape discographique est passé avec une mention plus qu'excellente. Un espoir ? Vous plaisantez j'espère ! Nan, Scapin est définitivement au sommet du genre en ce début de millénaire. Et ce n'est pas être fourbe que de dire cela !!! Et merde, j'ai craqué !