Rock Rock > Sandstone

Biographie > Sandstone

Sandstone vient d'Irlande du Nord, où ils écument les pubs depuis 2003 ainsi que les festivals. Le groupe se situe entre ballades power-rock et des titres épiques prog-rock. Après le succès de leur premier EP Life giving sun, le groupe prend la route et gagne même le concours Battle of the bands (dont la finale à eu lieu au Hammersmith Apollo à Londres). Sorti en février 2006 sur Casket Music, Tides of opinion est leur premier album.

Sandstone / Chronique LP > Tides of opinion

sandstone.jpg Quoi, du hard-rock sur le W-Fenec !!! Ouais, bienvenue au hair-metal des années 2000, avec Tides of opinion, Sandstone sort son épingle du jeu. Un titre épique, magique, un tube tout simplement, "America" commence cet album avec toute sa puissance, son intro à la guitare acoustique, un chant léger et ouvert sur l'horizon, une mélodie digne des grands espaces, dans un autre registre que les frenchies de ...anabase*, un titre qui doit beaucoup à la voix de Sean McBay son chanteur, un titre un peu à part du reste de l'album où sa voix devient un peu nazillarde par moment, ballade entre prog-rock et hard-rock "America" alterne passage linéaire, montée en puissance avec une basse millimétrée, et grooves syncopés, un solo de guitare façon shreder, Sandstone n'oublie pas les clichés juste avant de reprendre son refrain étendard.
Titre plutôt standard, "Atrophy" perd tout de suite son charme sur cette voix poussive, sur la syllabe finale du mot understand, une pince à linge coincée sur le nez, un truc à casser la dynamique de la chanson. Sandstone excelle à mélanger guitare électrique et guitare acoustique, pour des transitions et des atmosphères du plus bel effet, le hit "America" en étant la plus belle preuve. Sandstone enchaîne titres agréable à écouter, un "Building castles" sans prétention mais efficace, un chant très calme qui surfe sur cette mélodie à échasses avec un trémolo de cordes à vides, un "Couldabeen" très rêveur ou un "Sometime soon" plus aggressif, et des titres plus épiques comme "Just forget", le classique "Nothing new" avec son riff d'intro très métal ou "Children of the Jihad", contre-partie jumelle de "America". Ce Janus clôt le chapitre comme il l'a ouvert, un titre mirifique, une guitare aérienne et un groupe qui suit derrière, petite annicroche orientale, un chant qui s'énerve un peu plus, "Children of the Jihad" met un peu de soleil dans le ciel de Tides of opinion.