TRA Salut Eric, ça roule ? Bon, on ne va pas se mentir, on est content de retrouver The Rebel Assholes sur disque pour un effort longue durée. Peux-tu me faire un petit topo de ce qui s'est passé pour le groupe depuis la sortie de Click and say yeah ! ?
Alors, depuis le 1er mars 2009, date de sortie de notre deuxième album Click and say yeah !, il s'est passé pas mal de choses... Tout d'abord, on peut dire que c'est avec cet album qu'on a pu passer un cap et se faire véritablement connaître dans la scène Punk Rock française. Il était sorti à l'époque sur Productions Impossible records/Anticraft et on l'avait bien bossé en terme de promo. On l'a aussi bien défendu sur la route en tournant beaucoup en France et à l'étranger, on est allé en Allemagne, en Hollande, en Belgique, en Suisse... On a aussi ouvert pour pas mal de grosses pointures : Anti Flag, Beatsteaks, Mad Caddies, Snuff, The Adolescents, Teenage Bottlerocket, Youth Brigade.
Il y a aussi eu cette tournée « Vans Wheels Of Rock » qu'on a fait en mai 2010 et qui changeait pas mal de nos habitudes. On s'est retrouvé pendant 10 jours à voyager dans un gros tourbus avec quelques-uns des meilleurs riders BMX mondiaux et à jouer dans des skatepark ou sur des gros event comme le FISE à Montpellier. Même si des fois c'était un peu chelou pour les concerts... parce que jouer dans des skatepark..., tout ça était un peu sur-réaliste pour nous et on en garde vraiment un très bon souvenir ! En plus, ça nous a permis de garder des bonnes relations avec VANS et d'être endorsés par la suite.
Sinon, on a également sorti un split vinyle & CD avec Dumbell, un très bon groupe de Punk R'N'R Garage mi américain / mi allemand en janvier 2011. On avait l'envie à ce moment-là de partager une galette avec un groupe étranger, de pouvoir s'ouvrir mutuellement des portes et un ami en commun nous a mis en relation...
Le disque est finalement sorti en France avec Productions Impossible records et en Allemagne avec No Solution records / Cargo records. On a effectué 3 tournées avec eux dans l'année, une vingtaine de dates au total, en jouant en France, en Allemagne, en Suisse et en Espagne ! Ca nous a aussi permis de bosser avec Sandra de « Billig People Booking », un tourneur allemand avec qui on collabore encore de temps à autres pour des dates en Allemagne.
Mais bon, au delà de tout ça, ce que l'on retient le plus ce sont les super moments partagés avec eux. Enfin surtout le chanteur, Paul Grace Smith, accompagné de ses différents zicos car le line up changeait sur chaque tournée ! Sur la dernière, ce sont même les amigos Nasty Samy et Turbogode qui assuraient le basse/batterie !
Tourner avec des mecs qui font ça depuis plus de 25 ans est super formateur au final ! D'ailleurs, sans forcément le vouloir, on a justement pris l'habitude de tourner avec des « anciens » et on kiffe bien ça ! T'apprends beaucoup aux côtés de ce genre de mecs qui ont consacré presque toute leur vie au Punk Rock !

The Rebel Assholes - Deactivated Comment s'est passé le processus de création de ce nouvel album ?
Dans le speed comme d'hab ! Ah ah ! Contrairement à pas mal de groupes, on n'a pas vraiment fait de pause concerts pour composer l'album.
Je te parlais justement des tournées avec Dumbell et bien la dernière a eu lieu en octobre 2011 et on a commencé l'enregistrement de Deactivated le mois suivant !
En fait, pas mal de données font qu'on n'a pas beaucoup l'occasion de répéter et de s'enfermer plusieurs jours pour bosser des nouveaux morceaux. Depuis quelques années, on est un peu tous dispatchés car notre guitariste vit en Suisse et notre batteur à Strasbourg. En plus, les 2 sont devenus papa entre-temps. Bref, tout ça pour dire qu'avec tous les concerts qu'on fait chaque année, en moyenne à peu près 50, on répète peu et on ne trouve pas assez de temps pour bosser la composition comme on voudrait.
Du coup, pour cet album, chacun, enfin surtout les 2 guitaristes, bossait des morceaux de son côté et les envoyait par mail aux autres. On les a ensuite joués tous ensemble sur les 2-3 week-ends qu'on avait réussi à bloquer. L'avantage est que notre chanteur a un chouette studio d'enregistrement chez lui, le Indie Ear Studio, et qu'on a pu maquetter les morceaux avant de les enregistrer réellement ce qui nous a permis d'avoir un peu de recul et d'effectuer quelques petits changements entre-temps. Du coup, on a fait les prises instrus courant novembre 2011 puis les chants début décembre. On a ensuite fait mixer ça au Warmaudio à Lyon puis masteriser aux Blasting Room Studio aux USA.
Finalement, avec le peu de temps qu'on avait devant nous, on s'en est pas trop mal sorti !
Pour la recherche de labels / distributeur, j'ai rapidement branché le chef de Productions Impossible records pour la version vinyle car il est spécialisé dans ce domaine et a un très bon réseau d'échange et de distrib. Et puis bon, on est toujours content de bosser avec car il soutient le groupe depuis le premier album et nous a été d'une précieuse aide durant toutes ces années !
Pour le CD, j'avais envie de changer un peu et de brancher d'autres labels. Après quelques rapides démarchages ... sans succès... certains étaient intéressés mais soit la période n'allait pas soit c'était chaud financièrement à ce moment-là, j'ai rencontré Marsu de Crash Disques qui a été ok pour le sortir avec Crash Distro, une sorte de division du label. La seule grande différence avec le deal en « licence » est que c'est nous qui payons l'attachée de presse en l'occurence Abir de Moka Inc.. Pour la distribution, ça passe par PIAS, comme la plupart des sorties Crash Disques.

Pour les anglophobes, peux-tu faire au lecteur du W-Fenec un résumé des thèmes présents dans les textes de Deactivated ?
Sans que ça soit vraiment recherché au départ, on a remarqué après coup qu'il y avait une certaine cohérence et un fil conducteur entre plusieurs textes autour du thème « Cerveau off, lobotomie, formatage... », ce qui nous a d'ailleurs inspiré pour la pochette de l'album.
En effet, si tu lis bien les textes dans l'ensemble, tu verras qu'il y a pas mal de phrases qui tournent autour de ce thème. Par exemple, dans "Come in my church", on retrouve des bribes de phrase comme "Stop thinking by yourself" (arrête de penser par toi-même), "Obey" (obéis), "I'm here to guide you" (je suis là pour te guider) qui vont dans ce sens !
Idem dans "Set like a machine" avec "Deactivate my brain" (débranche mon cerveau), "Your brains becoming useless" (tes cellules grises perdent de leur utilité), "I can't get the control" (je ne peux avoir le contrôle), "Like a beast in a cage" (comme un animal en cage), "Cause everything is set" (parce que tout est prévu) ou encore dans "New generation" » avec "Don't let anyone put you down on your kneys" (ne laisse personne te mettre à genoux), "You're not a puppet, not a toy" (tu n'est pas une marionnette, pas un jouet)... Bref, je ne vais pas reprendre chaque chanson, d'autant plus que certaines parlent complètement d'autre chose comme "Wait" qui évoque les longues périodes d'attente en tournée. A noter également que deux textes ont été écrit par des amis : "I'm Guilty" par Sylvain Bombled de feu-Second Rate, feu-Generic et actuel Napoléon Solo et "Escaped from love" par Jean Philippe Putaud de feu-Nothing to Prove !

L'album sort en CD dans quelques jours, mais le disque est dispo depuis le début de l'année en version microsillons : pourquoi tant de décalage ? La sortie du disque en CD n'est-elle pas trop tardive ?
Oula. La question qui fâche ! Ah ah !!! Alors, comment expliquer tout ça simplement car c'est assez compliqué ! En fait, on s'était fixé l'objectif d'enregistrer l'album comme prévu en novembre sauf qu'entre-temps on a eu cette opportunité de monter une grosse tournée avec Burning Heads à partir de février 2012.
Du coup, c'est un peu ça qui a tout fait speeder ! On s'est dépêché d'enregistrer l'album et de le faire mixer/masteriser dans la foulée pour espérer le sortir juste avant la tournée. Sauf que tout ne s'est pas passé comme prévu ! Très clairement, tu ne peux pas sortir un skeud dans de bonnes conditions c'est à dire avec un bon label et une bonne distribution en faisant ça dans le speed ! On aurait pu le sortir en autoprod et l'avoir à temps pour le vendre sur table mais c'était chaud financièrement pour nous, je n'avais pas le temps de m'occuper de cette partie car le reste me prend déjà beaucoup de temps et l'idée de bosser avec Crash nous branchait bien !
A la base, on pensait faire les premières dates seulement avec le vinyle et sortir peu de temps après la version CD. Mais, encore une fois ça a pris du retard..
Je ne connais pas tous les tenants et aboutissants mais, grosso modo, quand tu bosses avec une boîte comme PIAS pour la distrib qui sort plein de gros trucs chaque mois, et bien tu n'es pas une priorité et ça peut prendre plus de temps que tu ne le pensais. Et puis bon, toutes les sorties de Crash ont pris un peu de retard comme le coffret CD/DVD des Thugs. Nous ne sommes pas les seuls ! Héhé !! Les temps deviennent plus durs pour les labels en général. C'est aussi et surtout lié à ça !
Après, même si tout ça a finalement pris pas mal de retard, on est content de bosser avec Crash et Marsu. Ce mec est quand même un sacré personnage tout comme le chef des productions de l'Impossible tu me diras ! C'est une des figures du rock alternatif français des années 80 avec les Bérus, Bondage records... qui s'est toujours battu pour défendre sa vision de la musique et qui surtout est toujours dans la place ! Et rien que pour ça, on est content de bosser avec.
C'est sur qu'on aurait préféré sortir l'album avant, on a quand même envoyé un bon paquet de dates avec ce set, mais si tu prends le truc à l'envers, cette tournée avec les Burning nous aura permis de bien faire parler du groupe avant la sortie de l'album et de bien préparer le terrain.
Heureusement, on a pu pressé la version vinyle à temps pour la tournée. C'était déjà ça... Par contre, on a fait aucune promo autour car on voulait attendre la sortie du disque pour tout faire en même temps. Vu qu'on avait beaucoup de dates à l'étranger, ça n'a pas vraiment posé de réels problèmes. Ca nous aura quand même permis d'en vendre déjà à pas mal de gens qui ne l'auraient pas forcément acheté en cd. Et puis bon, vu comme l'année 2013 se profile, on aura encore largement de quoi le défendre sur la route pendant un bon bout de temps. Au final, c'est le principal !

TRA et Burning Heads Ces derniers mois ont été prolifiques en terme de concerts, avec notamment cette énorme tournée avec les Burning Heads : comment s'est montée cette tournée ?
C'est clair que cette année aura été prolifique en terme de concerts. En bientôt 10 ans d'existence, 2012 aura été notre plus grosse année à ce niveau !
Alors, comment s'est monté cette tournée avec Burning Heads ?... En fait, Je suis rentré en contact avec leur tourneur 3C Tour pour les faire jouer à plusieurs reprises avec Mighty Worm, l'asso qu'on a créée avec des collègues en 2003, un peu en même temps que le groupe. Je me suis bien entendu avec la personne qui se charge de leur booking, lui ai filé quelques coups de main et ce dernier nous a rendu la pareille en nous permettant d'ouvrir pour eux et The Adolescents à la Maroquinerie à Paris en juin 2011. Il a aimé le groupe, on a continué à rester régulièrement en contact et c'est de là qu'a émergé l'idée de monter le plateau « Burning Heads + The Rebel Assholes » pour une tournée européenne en 2012.
Au final, ça a dépassé nos espérances car il ne s'agit pas d'une petite tournée de quelques jours. On a signé avec 3C tour, merci encore à eux et surtout à Pierre, notre bookeur, qui a fait un super boulot !, enchaîné 25 jours de tournée en mars dernier à travers l'Europe : France, Belgique, Hollande, Allemagne, Croatie, Autriche, Slovénie, Suisse et Italie et on a joué presque tous les week-ends avec ce plateau en avril, mai et juin en France et en Espagne. Après la petite pause estivale bien méritée, on a ensuite refait 3 week-ends avec eux sur octobre / novembre et les dernières dates pour cette année auront lieu les 14 et 15 décembre au Warmaudio à Lyon et à l'AJM à Monaco.
Au total, on aura effectué 54 dates sur 62 avec eux en 2012 et on a encore quelques week-ends de prévus ensemble l'année prochaine.
Très clairement, c'est un peu un rêve qui s'est réalisé pour nous. On est fan du groupe depuis pas loin de 15 ans et même si on avait déjà joué avec eux auparavant, jamais on aurait espéré en faire autant.
En plus, on s'entend tous hyper bien malgré nos écarts d'âge, y'a zéro tension entre les 2 groupes et c'est toujours un plaisir de se retrouver ! C'est aussi ça qui fait que ce plateau fonctionne et tourne bien.
On aura beaucoup appris aux côtés d'eux. Leur longévité, putain 25 ans !, et leur humilité forcent le respect ! Pas mal de petits trous du cul feraient bien d'en prendre de la graine ! (rires)
Ces intenses périodes de tournées vous ont-elles rendu « plus forts » sur scène ?
C'est clair que toutes ces dates nous auront forcément rendus plus forts sur scène. Pour moi, il n'y pas pas de secret. C'est en jouant et en rencontrant d'autres groupes que t'apprends !

The Rebel Assholes à la Guerre du Son 2009 The Rebel Assholes à la Guerre du Son 2009 Sur Deactivated, on retrouve la « touche » TRA qu'on identifie dorénavant facilement. Je me trompe ou alors il est exact de dire que le groupe a réussi le pari de développer sa propre identité sur disque ?
Je ne suis pas assez objectif pour parler de la musique de mon propre groupe. Evidemment, je pense qu'on s'est amélioré avec le temps et qu'on a développé notre propre style. Après, on ne prétend rien inventer... Nos influences doivent forcément se faire ressentir mais je ne pense pas non plus qu'on soit une copie conforme de tel ou tel groupe, comme c'est parfois le cas dans cette scène. Enfin bon, comme dans tous les styles finalement tu me diras ! Dès qu'il y a un groupe locomotive qui marche bien, il y a forcément plein de groupes qui surfent sur la vague comme c'est le cas actuellement avec l'électro pop !
On a souvent tendance à considérer le punk rock comme « has been », comme un genre qui ne se renouvelle pas mais tout ça c'est des conneries et c'est surtout un discours bien français ! Il suffit juste de voir les programmations des salles/festivals en France et celles du reste de l'Europe et tu comprends vite. C'est juste un style qui n'est pas actuellement dans l'air du temps ! Tant mieux finalement. Le punk rock n'est pas un effet de mode ! Mais bon, c'est un style qui mériterait quand même un peu plus de reconnaissance ! Dans 10 ans, on dira certainement la même chose des groupes qui marchent bien aujourd'hui !
Enfin bref, je dis ça car j'ai déjà entendu ce genre de discours nous concernant dans des discussions, voire même dans des chroniques, mais on s'en tape, on fait la musique qu'on aime même si on écoute plein d'autres trucs et vu qu'il y a pas mal de gens qui bossent autour de nous, c'est que ça doit pas être si mal au final.
Après, pour finir, on est content de ce skeud. Même si on regrette un peu de l'avoir fait dans le speed alors que la sortie a pris plus de temps que prévu mais on sent qu'on a encore une bonne marge de progression. On est clairement pas au stade du groupe qui a sorti un super album et qui rame pour faire mieux sur le prochain. On a encore l'espoir de faire des bons morceaux et de sortir l'album dont on sera vraiment satisfait !

Excellente surprise que ce "I'm guilty" très influencé par Second Rate et d'ailleurs chanté par Sylvain (batteur chanteur du groupe bisontin) : hommage ? Ce groupe a-t-il mis un coup dans la fourmilière du Grand Est et ouvert des portes pour des groupes comme le tien ?
Héhé. Je savais qu'elle te plairait vu l'amour que tu portes à Second Rate ! Figure-toi que c'est moi qui ait composé cette zik, la seule de l'album d'ailleurs... Ahah !. Je ne sais pas si c'est vraiment un hommage à Second Rate mais c'est sûr qu'on y ressent l'influence tout comme celle de groupes tels que Samiam que j'affectionne particulièrement. J'ai proposé à Bombled d'écrire les textes et de chanter dessus car j'adore sa voix, tout comme les autres membres du groupe ! Alors, forcément, ça fait penser à du Second Rate !
Concernant ces derniers, c'est clair qu'ils ont laissé des traces. Il m'arrive encore assez souvent d'écouter certains de leurs albums. Mon époque préférée était celle du split avec Scuttle. Leurs morceaux sur ce split sont excellents !
A l'époque, ils étaient un modèle de débrouillardise dans notre région, surtout Nasty Samy qui se bougeait à fond le cul pour le groupe, créant des liens avec tout ce que la scène underground pouvait compter comme activistes : fanzines, radios indés, assos... Ce sont ce genre de mecs tout comme MinMin des Flying Donuts pour ne citer que lui qui m'ont donné l'envie de faire la même chose pour mon groupe, c'est-à-dire passer des heures à envoyer des mails ou passer des coups de fil pour qu'il se passe des trucs avec le groupe !

TRA 2012 Que va-t-il se passer pour TRA dans une semaine ? Dans un mois ? Dans un an ?
Alors, on tourne actuellement un clip avec Scopa Films, notre premier en bientôt 10 ans ! C'est pour le morceau "Set like a machine" qui sortira probablement tout début janvier 2013. On a encore un week-end de concerts avec les Burning en décembre et après, on prendra une petite pause d'un mois, le temps que notre chanteur se barre pour un trip vacances au Pérou. On enchaînera ensuite dès fin janvier avec une bonne tripotée de concerts étalés sur l'année en compagnie de groupes tels que Flying Donuts, Burning Heads, The Decline, Les Sales majestés avec qui on effectuera plusieurs dates dont le Bataclan à Paris le 20 avril et peut-être un groupe anglais dont on est fan mais dont je tairais le nom. Affaire à suivre !. Le mois d'avril s'annonce particulièrement chargé avec beaucoup de concerts en France et une tournée Chine/Japon qui est en train de se monter... Si tout se passe comme prévu, il y a des chances qu'on soit sur la route pendant pas loin d'un mois ! Bref, 2013 s'annonce également comme une bonne année pour le groupe et on en est ravi !

Quels sont tes albums du moment ?
Alors, sans ordre de preférence : le dernier Hot Water Music : Exister, le dernier Dinosaur JR : I bet on sky, Graveyard : Hisingen blues et, côté français The Decline : Broken hymns for beating hearts.

Tu as personnellement plusieurs casquettes dans le milieu de la musique : booking, management, organisateur de concerts,.et tu participes également un fanzine sur la région de Besançon : Dans le rouge. Ca fonctionne toujours ?
Yep, je continue de m'occuper de la prog de l'asso Mighty Worm, des activités du groupe et j'ai récemment monté mon activité « Indie Or Die Music » autour du booking avec les Hellbats, The Irradiates et d'autres projets en cours et de la promo pour des festivals comme le Hierock' Sounds et des labels comme Productions Impossible records. Par contre, je ne bosse plus pour l'asso « Découvert Autorisé » qui éditait le fanzine Dans le rouge. C'est con car je kiffais bien bosser sur ce zine, entre autres.
Avec ton recul, quel est ton sentiment sur notre nouveau format « magazine pdf » ?
Je trouve personnellement que c'est une bonne idée. Bien entendu, je préférerais que ça soit un fanzine mais je connais les contraintes... Du coup, c'est un bon compromis et c'est assez plaisant à lire. En tout cas, c'est une chouette initiative !

Si tu as une dernière chose à rajouter, c'est le moment.
Je souhaiterais juste remercier nos familles : nos copines et enfants pour certains même s'ils n'ont pas encore l'âge de tout comprendre qui acceptent et subissent nos déplacements quotidiens, les Burning qui nous font vivre une super aventure, les Mighty ainsi que tout les gens qui bossent pour nous et « surtout » croient en nous : Pierre Giraud de 3C Tour, Chef de Productions Impossible records, Marsu de Crash Disques, Abir de Moka Inc. Un grand merci à eux ! Et puis merci à W-Fenec pour votre intérêt !