rock Rock > Really Addictive Sound

Biographie > Hi energy and definitively addictive...

Really Addictive Sound, c'est quatre trublions soit Kal, Roswell, Ayoun et Yom, auxquels ont ajoute Thomas en live... Des zikos déjà rompus aux sessions studios et qui ont déjà écumé la plupart des scènes de l'hexagone au sein de leurs formations respectives : Sikh, Eths, Babylon Pression, Bokaputa, Straighten Things Out... Réunis sous le pseudo de R.A.S, les quatre distillent un rock funky aux effluves punk et au groove puissant en passant leurs influences respectives au mixeur (en vrac : RATM, Red Hot Chili Peppers, Suicidal Tendencies, Infectious Grooves), mélangeant le tout avec une grosse dose s'auto-dérision. En 2008, après avoir généré un buzz imparable avec des vidéos toujours très second degré, le groupe balance son premier album éponyme à la face du monde et s'embarque pour une série de shows funky et délirants.

Review Concert : Really Addictive Sound, Soirée crise financière au Korigan (nov. 2008)

Really Addictive Sound / Chronique LP > Really addictive sound

Really Addictive Sound - Really addictive sound "Really Addictive Sound", "un son vraiment addictif", R.A.S annonçait déjà la couleur. Ne restait plus qu'à assumer tout ça sur CD. En live, on les avait déjà découvert une première fois mettant le feu à une petite salle de concert située dans la campagne aixoise, une fois sur la platine, les quatre trublions déballent une bonne douzaine de titres avec classe, efficacité et un second degré qui les conduit régulièrement à jouer "semi-faux"... Une maîtrise que leur confère leurs backgrounds respectifs (en vrac Bokaputa, Eths, Lunatic Age, Sikh...) et une envie de jeunes premiers décidés à en découdre afin de remettre au goût du jour une fusion funky comme on n'en voit plus de nos jours, les Really Addictive Sound mettent le paquet et fond trembler les enceintes. Maîtres du paradoxe rock'n roll absolu, ils déplient sous nos yeux une flopée de compos à la fois puissantes et légères. Un jump funky, riffing complètement décomplexé et feeling déconneur, les gaziers savent parfaitement ce qu'ils font, c'est ça le pire ! (rires). Du pur divertissement carrément bien troussé en direct de la côté d'Azur. Un "Slot machine gun", un "We will change the world", ou l'inénarrable "Sticky 116 (Mama was a rolling stone)", R.A.S, c'est du rock savoureusement amplifié, un groove funky aux pulsations électriques, un petit arrière goût de punk énergisant et des refrains fédérateurs qui électrisent l'ensemble, difficile de ne pas se laisser convertir.
Et comme en plus, les Really Addictive Sound aiment la poésie... ok leur poésie, il peuvent nous servir sur un plateau ce "S.U.V" qui raconte l'émouvante histoire d'un russkof qui tombe raide dingue de son 4x4. Touchant (sic)... Accélération de furieux pied au plancher ou ballade rock fiévreuse et envoûtée, le groupe sait y faire et se garde bien de refaire deux fois le même morceau. Au lieu de ça, il préfère aligner les tubes encore et encore. Il y a des groupes comme ça qui décident de faire un album avec 3 tubes et le reste en remplissage. Les autres font l'inverse... Et R.A.S trouve un compromis en blindant son disque de hits ("Females", "Daddy is a star"). Rien à jeter là-dedans, tout à enquiller sur la platine encore et encore jusqu'à ce que mort s'ensuive (bon évitons d'aller jusque là quand même ce serait un peu con...). Car Really addictive sound, si c'est souvent second degré, ça n'a rien d'une grosse blague (enfin si un peu quand même). Mais quand le groupe se lâche le temps d'une grosse séance de groove funky qui démonte quelques épaules ("In de reet") doublée d'une belle grosse marade rock'n rollesque, un peu comme si les affreux du BloodHound Gang avaient copulé avec les RHCP lors d'une soirée de débauche organisée par Infectious Grooves, dans un bordel tenu par les Suicidal Tendencies, ça donne le délirant "Bishop". Si l'on ajoute à cela l'efficacité d'un Snot et la technicité pure d'un Rage Against the Machine ("Jack", "The Screaming rabbit song"), R.A.S a tout du all-star band frenchy 4 étoiles. Enfin 5 en comptant (ou pas) leur mascotte, le fameux (ou fumeux c'est selon) Mr Fou. Alors on dit quoi ? Ah ouais : BOUNCE !!!