Rank-O EP Les 4 membres de Rank-O (issus des formations Nour, Yacht Club et Electric Vocuhila) jouent la transparence en guise de présentation sur la pochette de leur premier EP, leurs quatre visages étant représentés sur un fond rouge dégradé. Assez rare pour le signaler quand on joue un rock pas mal bâtard dans l'ensemble, inspiré notamment de la mouvance no-wave new-yorkaise, mélangeant ainsi allégrement autant le synth-punk, le post-punk, la noise, le shoegaze ou l'indie-(math)-rock. Quoiqu'il est vrai que Devo le faisait bien en son temps. En parlant de Devo, cette formation culte doit, à coup sûr, être une grande influence pour les Tourangeaux qui cultivent aussi une certaine forme d'extravagance musicale. Rank-O, c'est 3 guitares avec un chant et une batterie qui par moments se fait remplacer par une boîte à rythmes (comme sur "Penkt"), le tout mélangé fait preuve d'une grosse dose de suractivité, un grand huit sonore maîtrisé avec classe dont les compositions ont le don de nous faire accrocher presque instinctivement sans pour autant sonner mainstream. Rank-O, c'est vibrer et se lâcher sur le festif "Cheetah" (qui fait très Deerhoof par moments), puis se perdre dans le dédale de "Boom boom lady" pour se retrouver après coup dans le vertigineux "Penkt", pour ensuite sombrer dans le tempétueux et inquiétant "Fall", et finir balancé mécaniquement de gauche à droite par "Mor". Je vous l'assure : après un premier EP comme celui-là, le prochain disque de Rank-O va déboiter.