rajna : duality Avec ce nouvel album Rajna poursuit son tour du monde des musiques, piochant allègrement en orient des sonorités et des ambiances chaleureuses, la voix de Jeanne, venue du paradis, nous sert de fil d'Ariane. Le duo semble d'éloigner un peu plus des sentiers (usés ?) de Dead Can Dance et du couple modèle Lisa Gerrard/Brendan Perry, les (vieux) fans qu'Otherwise avait déçus auront du mal à entrer dans ce Duality très ouvert et moins homogène que les précédentes productions. Il faut dire que pour nous calmer, nous relaxer et nous faire quitter notre petite vie stressante, Rajna a de nouveau fait appel aux qualités d'instrumentalistes de Brice Oma (Omasphere), Hervé Castre (Still in Flight) et Hugo Deparis (tous trois déjà présents sur Otherwise) pour colorer ses rythmiques tribales et ses samples dépaysants. Sont également de la partie le pianiste italien Stefano Panunzi (Fjieri) et Tim Bowness, ce dernier (anglais) est connu pour sa participation à No-Man (side-project de Porcupine Tree) et la fondation du label Burning Shed, il est largement intervenu dans la création de trois titres ("We are the echoes", "A pearl in the ocean" et "I used to pray") où il pose piano et chant mais aussi un peu de ses talents de producteur. Beaucoup de monde et beaucoup de directions à suivre donc, certaines sont un peu déroutantes ("Le toit du monde" ou Jeanne abandonne sa heavenly voice pour nous parler en français de la nature...), il n'en demeure pas moins que l'album s'écoute dans son intégralité sans que ne soient provoquées de violentes réactions... Il faut dire que si on est allongé dans le noir, avec quelques bougies et de l'encens, on aura plutôt tendance à se laisser dériver au gré de nos rêves d'images shamaniques ("Kaloum") qu'à disserter sur la puissance de "We are the echoes" (et de la sérénité dégagée par sa terminaison "The echoes") ou de la mélodie de "Kaitena".
Les amateurs occasionels de "musique d'ambiance douce" seront ravis avec Duality, ceux qui aiment les sons venus d'ailleurs également, les adorateurs plus âgés de Rajna auront certainement les oreilles aussi circonspectes que leurs yeux (quel artwork peu engageant !) durant quelques temps...