rock Rock > radish

Biographie > radish sucré

Métal-sucré, c'est donc le nom que radish donne à sa musique, en fait radish réalise des chansons pop fraîches, mélodiques et simples qui se mêlent avec de lourdes guitares saturées et basiques. Ils ont été appelé le nouveau Nirvana a plusieurs reprises, mais Bryan répond agacé: "nous ne voulons pas être le prochain quelque chose, nous voulons être le premier radish !!!" En fait ils ont été comparé à un peu tout le monde : de Weezer aux Cure… Ce qui signifie bien qu'on ne peut pas réellement leur coller une étiquette, ils sont dans leur propre trip, et ils ont inventé leur musique.
Leurs mélodies se rapprochent de la pop, mais le traitement qui leur est infligé, est dur et lourd… Il y a comme leur côté Beattles qui ressort !!! Il n'ont pas peur de chanter en fausset, puis de hurler… bref d'être dans leur élément... Pour finir je prendrais cette citation de Ben qui définit bien le Sugar-métal : "Sugar-metal, it's like a razor-blade into a candy !!!" (le sugar-métal, c'est comme une lame de rasoir dans un bonbon !!!)

Greenville, petite ville tranquille du Texas, pas d'histoires, rien à signaler… à part peut-être la naissance d'un petit génie a travers un futur grand groupe… j'ai nommé Ben Kweller et radish (pas de majuscule!!!).
Avant radish, Ben avait déjà eu 3 autres groupes : Mirage, Green Eggs et Ham -Foxglove puis il forme radish en 1993 avec John Kent et Ryan Green. Ils commencèrent à jouer un peu n'importe où ... jusque dans des halls d'église …et tout ca pour le fun !!! En fait au début ils etaient considérés comme des hardos aux cheveux poisseux dans un groupe qui de toute façon ne mènerait nulle part … mais eux au moins ils avaient leur groupe et ils en étaient fiers !!! Fiers aussi de leurs sessions d'enregistrements en studio qui donneront plus tard Hello.
Et puis voilà, après deux ans, ils enregistrent un album intitulé Dizzy sur un petit label indépendant. Ils en pressent 2000 copies, les distribuent à travers le Texas et surtout les vendent toutes ! D'après Ben c'est seulement à partir de moment qu'on commença à s'intéresser à eux et qu'ils purent traîner avec les gars branchés de leur âge… Après un moment Ryan décida de quitter le groupe, il préférait se consacrer à ses études et ne voyait la musique que comme un hobbie. C'est à ce moment là que Bryan Blur quitte Austin (Texas), après que son 1er groupe ait splitté, et les rejoint, radish est prêt à repartir. Après les avoir vu en concert près de Dallas et après avoir écouté leur disque, un producteur les contacte pour qu'ils puissent bosser ensemble, radish enregistre ainsi rapidement une démo de trois titres, et le fameux producteur se charge de l'envoyer aux maisons de disques…
Et puis, venus de nulle part deux grands noms de la musique commencent à s'approcher du groupe : tout d'abord Madonna qui invite le groupe à un dîner… sûrement pour les approcher de Maverick records… Mais cela ne donne rien, ils y allèrent juste histoire de rencontrer Madonna ! Ensuite c'est de la reine du grunge, Courtney Love (Hole), qui passe un coup de fil à Ben. Elle lui dit que sa batteuse lui avait fait écouter un de leurs premiers enregistrements et qu'elle les appréciait vraiment beaucoup. Il paraîtrait que c'est elle qui les fit signer chez Mercury. Grâce à Courtney ou pas radish signe chez cette maison de disques en juin 1996, le contrat aurait coûté à Mercury 2 millions de Dollars...
Ils réalisent donc leur 1er album chez une major Restraining Bolt, il fut enregistré le 8 septembre 1997 en Angleterre, leur 1er single Little pink star, quant à lui, a été réalisé le 18 août.
Et ce fut le début de la grande aventure !
L'album se vend relativement bien, rentre dans les charte du Kerrang! à la 9ème place, et va se placer jusqu'à la 2ème. Le single Little Pink Stars rentre lui immédiatement en Playlist sur Radio 1 et sur Virgin Radio, avant de se classer dans le Top 20 en Angleterre… En France Restraining Bolt fut nommé album du mois dans le magazine Rock Sound, radish fut nommé révélation de l'année toujours dans Rock Sound…
S'ensuit une tournée mondiale, en tête d'affiche avec des groupes comme Lit, Summercamp ou encore Addict en 1ere partie… Ou alors pour la première partie de Faith No More!!! Mais également d( énormes festivals tels Reading, Lollapalooza
En février 98, Bryan Blur le bassiste quitte le groupe (ou plutôt se fait remercier)… D'après la lettre explicative de Ben (sur internet le 17 février) en tant que leader du groupe il voulait que le groupe soit le meilleur possible, il fallait donc quelqu'un capable d'écrire ses propres lignes de basse, quelqu'un qui puisse chanter… bref faire avancer le groupe. Chose que visiblement Bryan ne pouvait pas assurer, mais ils se sont quittés sur de bonnes relations, en effet le nouveau groupe de Bryan Siskel et Hubert a été signé chez le label qu'a créé Ben : Practice Amp Records. C'est ainsi que deux nouveaux membres sont apparus : Joseph Butcher à la seconde guitare (ex-membre de UFOFU, un groupe ami des regrettés Tripping Daisy) qui a splitté dernièrement... et Josh Lattanzi à la basse (ex Candie Butchers).

Ben Kweller est né le 16 juin 1981 en Californie (San Fransisco) dans une famille bien imprégnée par la musique, en effet papa Kweller avait l'habitude de jammer dans un groupe avec le guitariste de Bruce Springsteen : Nils Lofgren avant de tout laisser tomber pour devenir médecin. Ben se souvient qu'au début de la tournée Born In USA il etait petit et il dansait dans la cuisine et tapait sur des casseroles et des marmites en écoutant les disques de Springsteen. Il se souvient qu'il pensait que ce serait cool de devenir une rock star...
Il commença à jouer au piano dès l'âge de 5 ans et c'est à partir de 8 ans qu'il écrivit ses premiers poèmes. Il commença également à apprendre la batterie et la guitare. A l'âge de 9 ans (il avait maintenant un total de dix chansons), Ben gagna une honorable mention dans le concours annuel des "songwriters de demain" organisé par le Billboard Magazine (oui oui, à l'âge de neuf ans !!!)
Il aime beaucoup de groupes comme Sonic Youth, Pavement (y a qu'à regarder ses converses), le Velvet Underground, Placebo...mais son songwriter preféré est Rivers Cuomo de Weezer.

John Kent est né le 6 juin 1979 à Sherman (Texas). A l'âge de 3ans il reçut sa 1ère batterie en jouet. Il montra immédiatement qu'il avait le rythme dans la peau. Ben le rencontra après que le batteur de son précédent groupe l'ait abandonné, il l'a appelé et comme Ben était plus jeune que lui, il pensa que c'etait juste un petit jeune inintéressant ainsi il n'en tint pas compte pendant longtemps, et puis le père de John s'est mis dans l'histoire et il a convaincu son fils de prêter un peu d'attention a ce jeune garçon, c'est comme ça que débuta radish... maintenant John et Ben se considèrent comme des frères.
Ses groupes favoris sont : Supersuckers, Lit (qu'il connaît personnellement ) et les Beach Boys.

Bryan Blur est né le 18 octobre 1978 à FortWorth (Texas). Il est surnommé "The Brain" parce qu'il a fait des études... toutefois son père est un business man qui a réussi et en tant que musicien dans un groupe de rock il fait un peu office de canard boiteux dans la famille !!! Il se sent très texan et apprécie des groupes comme : Nirvana, Local H et les Toadies ... Mais ne pouvant pas chanter n'écrivant pas ses lignes de basse, étant comme dit Ben un "slow learner" il a été gentiment remercié...

radish / Chronique EP > Little pink stars

Radish : little pink stars Il s'agit donc du premier single que le groupe a sorti chez Polygram. Ce single est sorti en aout 97… et servit a la promotion de l'album pour les radios (même fun radio !). Il existe sous 4 formats : 45 tours, CD 2 titres + "Make it up", CD 3 titres : "escape pod" + "Simple Sincerity" + "Make it up", Maxi CD 4 titres + "Make it up" et 2 lives enregistrés le 14 juillet 97 au club 100 a Londres : "The you in me" et "Dear aunt Artica". Little Pink Stars est sans doute le titre qui décrit le mieux Ben, en effet cette chanson relate les pensées intimes d'un jeune garçon à propos de l'amour et de la célébrité…de toute manière c'est lui qui le dit : "Jouer LPS sur scène, tu n'imagines pas ce que ca représente pour moi…". il faut noter que Ben c'est inspire du poème "little pink Stars" écrit par James Paterson : un poète qu'il affectionne beaucoup. A part ca les deux lives, et bien que dire … efficaces, énergiques et a la fois tranquilles (bref le sugar métal…) et surtout assez différents de la version album, c'est une des particularités de radish : " nous ne considérons jamais que nos chansons ont atteint leur version définitive. Elles évoluent continuellement au fil des concerts." (Bryan Blur). Et parlons un peu de la démo Make it up : s'ils devaient commercialiser un demo ce serait celle-ci… une petite balade tranquille qui parle de Star Wars, de montre, et d'une nouvelle direction pour un jeune… meme si les paroles sont un peu bizarre, "Make it up" a toujours un effet monstre !

radish / Chronique LP > Restraining bolt

Radish : restraining bolt C'est le 1er album enregistré chez Mercury (et le seul jusqu'à présent), c'est avec ce disque que radish débutera sa carrière internationale. Tout d'abord il faut noter le changement de line-up, avec l'arrivé de Bryan Blur "Brain" à la basse ! Les riffs sont carrés et il n'y a rien à dire c'est le sugar-métal !!! Quand aux paroles, elles reflètent bien les préoccupations des adolescents : le proviseur et le bahut sur "falling & leaving", la connerie sur "sugar-free" …elles peuvent être également plus strange : "apparition of purity" par exemple parle d'un gars seul, qui n'est heureux que le soir quand il est visité par un joli fantome ?! Ou alors presque de mauvais goût : "Today's bargain" raconte une histoire de pute et de vol a main armée !!! Mais les paroles peuvent parler également de choses graves : "Bedtime" sur la guerre nucléaire, mais surtout "Dear aunt Artica" qui a été écrite après que deux églises aient été brûlées à Greenville (la ville de Ben pour ceux qui auraient décroché)… ce qui affecta beaucoup Ben et son entourage… Mais de tout l'album deux sont particulièrement personnelles : "Little pink Stars" (écrit auparavant) mais également "The you in me" qui démarre par "I like to play D&D and watch the spanish chanel on TV"… Ben admet qu'il a toujours été une sorte de paria, il aime jouer à Dungeons & Dragons (comme tous les gars du groupe), mais surtout il a toujours été différent de ses autres amis : nul en sport, toujours assis a jouer de la guitare, quand ses potes s'éclataient avec le dernier jeux vidéo à la mode, il préférait écouter le dernier Sonic Youth… c'est tout ce qu'il essaye de faire comprendre dans cette chanson... L'album de référence de radish… jusqu'au prochain ???

radish / Chronique EP > Hello

Le 1er opus de nos petits texans …Il s'agit d'un EP mais qui contient tout de même 10 titres pour un total de 25 minutes d'écoute ! C'est en fait le rassemblement des 2 premières sessions d'enregistrement du trio sous sa première composition (avec Ryan Green a la basse) Que dire de ce disque ?
Il est assez aisé de deviner qu'il s'agit de leur premiers enregistrements…tout d'abord à cause de la voix, que l'on pourrait presque prendre pour une voix féminine (et oui Ben n'ayant que 13 ans, normal qu'il n'ait pas totalement mué), mais également par la musique qui est somme toute très basique. Mais bon pour un groupe ayant 14 ans de moyenne d'âge peut-on s'attendre à des solos ou des breaks de fou ? (John montre quand même qu'il a déjà un sacré jeu). Par contre l'on sent tout de suite qu'il y a (ou aura) quelque chose ! En effet les 10 titres se retiennent très facilement et certains sont carrément entraînants ( "Space Boy", "Kitty", "Leave", "You can run"…) et quand on a fini de l'écouter, que fait on ? On met un autre radish ! De plus, là où certains dénoncent le plagiat (de Nirvana pour les 2 albums suivants) pour Hello il n'en est rien … peut -être une (toute) petite ressemblance avec le Velvet Underground à certains moments ( "Watcha' gonna do", "Kitty"). En effet cette petite galette nous offre un rock cool, tranquille mais surtout très original. Avec une guitare qui sonne plutôt "ancien", une batterie très propre à ce disque ainsi qu'à Dizzy : elle a souvent un son très sec, et une basse assez classique (malgré de petit écarts bien sympathiques : "You Can Run").
En résumé, ce disque, même s'il n'est pas très représentatif de ce que sera la musique de radish plus tard, montre déjà que le groupe a du talent, et que le petit songwriter de 13 ans est doté d'une imagination débordante, et ca se vérifiera dans le futur ! Donc voilà avec ce premier disque radish a déjà trouvé un son …le début du Sugar-métal ?

radish / Chronique LP > Dizzy

Radish : Dizzy Premier véritable album du groupe (toujours avec Ryan à la basse), il a été enregistré et mixé par Martin Baird au Verge Music Works à Dalla durant le mois de février 1996. Ce disque est plus mature que le précédent, aussi bien au niveau des paroles qu'au niveau musical…mais le plus important c'est qu'avec cet album, radish atteint un nouveau cap : non seulement le groupe joue de la musique qui plaît (les 2000 copies se sont toutes vendues), mais en plus les gens en redemandent…Courtney, Madonna, producteur… Mais le plus important est essentiellement le fait que radish ait trouvé son "son" … c'est réellement avec Dizzy que radish a inventé le "Sugar-metal" et a réussi a faire la musique qu'ils voulaient faire… là où Hello était essentiellement calme, Dizzy alterne tout… les riffs peuvent être saturés très métal "All night", "Dizzy" ou plutôt poppy "Bedtime" "The Way" voir acoustique "Too personal", mais la mélodie est toujours présente. Bref quand ca commence doucement ça finit fort, et réciproquement.
Ben, lui, a beaucoup travaillé sa voix et ça lui ouvre plus de possibilités : suivant les morceaux, il chante ou alors il est plutôt en train de crier : et oui contrairement a Hello la voie est souvent cassée (ce qui fait rappeler celle d'un certain Kurt Cobain ?) et c'est vrai qu'à ces moments là, le Nirvana n'est pas loin…mais ils en sont conscients : ce n'est pas pour rien que dans les remerciements on voit Kurt (fan de Bleach ?), Chris, Dave, il y a d'autres petits détails qui montre que Nirvana est bien présent : déjà le T-shirt de John à l'intérieur de la pochette, mais également d'autres subtilités comme cette phrase de "Bedtime" qui arrive comme un cheveux sur la soupe …et qui sera supprimée dans la seconde version : "Soul is a Cheap" (cf "Dumb" de In Utero). Sinon la basse est très peu présente (à part "Uncle Jimmy's Theme") et ça Bryan à son arrivée va le changer. Par contre la batterie elle, prends un rôle très important :John cogne fort, vite et ça on l'entends (et on le met en avant : les 2 versions de "Uncle Jimmy's Theme"), le son toujours aussi sec de la batterie y contribue aussi. Voilà ce que l'on peut dire de ce disque très efficace, et qui peut plaire à plusieurs types de personnes… aussi bien au fan de pop qu'au metalleux. C'est en quelque sorte le tome 1 du Sugar-métal !!!

radish / Chronique EP > Simple sincerity

Radish : simple sincerity Sorti le 27 octobre 97, c'est le second extrait de Restraining Bolt. Il existe sous deux formats : 45 tours et 2 CD maxi de 4 titres chacun. "Simple Sincerity" (et sa guitare très saturée) traite comme son nom l'indique de l'honnêteté et de la sincérité (non sérieux) dans une relation…quand quelqu'un te taxe tout ce que tu as, ça craint …c'est ce que ça dit ! Bref c'est un morceau sympathique qui décrit bien ce que peut ressentir un ado de 16 ans. Le 1er des deux disques nous offre 3 titres live enregistrés au Reading (le 24/08 avant MetallicA eh eh) il s'agit de : "Dear Aunt Artica" (encore), "Little Pink Stars" et "Bedtime". Ce sont trois petits titres live auxquels il n'y a rien à reprocher et qui prouvent encore une fois que radish sur scène et en studio CA N'A RIEN A VOIR !!! Un petit truc à regretter c'est qu'en live Little Pink Stars est très souvent amputée de son solo de guitare… dommage…
La seconde galette est plus intéressante, en effet elle nous offre une version live (toujours au Reading) très énergique de "Sugar Free" (le titre par lequel radish a commencé quasiment tous ses sets durant cette tournée), et surtout deux petits inédits bien appréciables : "Take My Seashell" et "P-Girl" (en live au 40 Watt Club d'Athènes en mai 97). "Take My Seashell" est une demo qui a été enregistrée à la maison sur le 8 pistes de Ben en juillet 97.C'est une très jolie chanson carrément pop, on y entend une petite rythmique à l'orgue (pas de basse ni de batterie) et des chœurs très aigus assez impressionnants (surtout quand on apprend que les chœurs aigus c'est Bryan qui les a fait…) Il y a donc également cette chanson "P-Girl" ( P = panamaniam si quelqu'un comprend il faut me faire signe) on y apprend que les yeux de Molly (le chat de Ben !) sont bleu ! Electrique et entraînante mais également avec une certaine mélodie, elle définit bien le "Sugar-metal"… … elle se finit par le fameux "Thank You ! And Goodnite !" auquel Bryan est habitué et qu'il a piqué dans une vieille chanson…