rock Rock > Pull

Biographie > la vie du pull-over

Pull est un groupe de pop rock garage influencé par de multiples artistes du même sac, en commencant par la Bible, les Beatles. Pour ma part j'y retrouve tout ce que la bonne pop peut donner : Sparklehorse pour la tranquilité, Belle & Sebastien, Cocteau Twins, du rock plus péchu et des sonorités plus rugueuses avec Eels période Daisy, et même Weezer ? Bref bien que vous ayez là une petite brochette de"premiers de la classe" Pull n'en ressort que grandi. Groupe bordelais, on sent aussi le matraquage à Sleeppers et le cotoyage incessant de cette scène de Sud Ouest qui ne cesse de forniquer et donc de donner vie à d'autres groupes incontournables, Kim, Calc, Maria Blonde, Sophia et moi... dans d'autres styles mais sûrement dans le même esprit rock'n roll à te faire grimper au plafond.
Pull livre son 3ème album, The empire now, un LP de première classe, rien qu'au son brouillon chiadé cracra je suis en extase, les mélodies rentrent dans ma tête sans prévenir, il y a sur cet album des morceaux qui vont chambouler un monde, tentative imperialiste de Pull, étendre leur domination pop crachée à la face des rockeux.. pari réussi avec 20 titres d'un album d'une étonnante hétérogénéité.

Pull / Chronique LP > The empire now

Pull : The empire now Entrée convaincante avec "Concrete cocks", Pull met en avant des rythmiques claires, des sons beatlesiens, pas prises de tête, c'est léger et dansant. Avec la suite ("It's missing show", "Different monsters") on est convaincu d'avoir un groupe british dans les oreilles... voix adolescente aïgue, compos courtes, mélancolie ambiante à la Eels, guitare limpide et balbutiante, Pull a tout ce qu'il faut pour remplir son contrat de groupe pop qui fonctionne... mais le petit plus c'est ces coups de cœurs, ce son crados comme sur "Tension" ou "Normal conversations", ces arrangements de guitares complètement prenants, le son d'une caisse claire de répet', un charme et une valeur sûre chez Pull. L'effet radio sur la voix contribue à cette ambiance volontairement confuse, brouillée. Bien heuresement Pull évite la linéarité en s'enfermant dans le même schéma et se simplifie la vie avec de vifs retours rock'n roll énergiques, des délires popisants ("Oil in the grass","Neutralize"). C'est difficile de parler de cet album sans évoquer la diversité des courtes compos, la douce nonchalance qui émane du disque et surtout les nombreux coups de cœurs, c'est le cas de "The big deal leadership", "Consequences" très reposante. Loin d'écouter un groupe soporifique on tient avec Pull une perle rare dans la pop française à l'anglaise (cherchez le paradoxe) tout comme les grenoblois de Rhésus, le groupe réussit à mettre en valeur ses influences british, l'accent qui va avec, et des chansons très bien construites. "My own nightmare" fait penser à une BO de Tarantino version soft, enjouée et prémonitoire à la fois d'un événement inévitable. Cet événement c'est LE titre à mon avis de l'album, "Pass out" réunissant tous les éléments dont nous avons déjà parlé. Difficile de rester neutre face à cette compo, certes pas spécialement originale, mais ce n'est pas le but recherché. L'alternance de compos aériennes et vaporeuses ("Crystal", "Wonder", "Suck a beaver") avec pleins de bidouillages rétro (claviers, guitare rock'n roll) fonctionne très bien avec les titres plus garage comme "You're fine" ou encore "Bricks fall on yesterday" autre révélation du disque. Aussi intéressant que la nouvelle vague rétro rock'n roll (Strokes et autres groupes commençant par "the"), le groupe s'affirme avec un album complet et français qui plus est. Restons chauvins ! =)