The Pookies : Dirty flower The Pookies donne dans le skate core, mais loin des influences de tout à chacun dans le style (No Fx, Pennywise, Bad Religion...), on les sent bien plus proches des "modèles" français que sont les Seven Hate ou les Burning Heads. C'est peut-être l'accent français sur le chant anglais qui fait la différence... seul (le vieux) Green Day semble directement inspiré le trio. Les instrus ont eux l'accent "punk", pas de prise de tête, on envoie les riffs les uns derrière les autres, le tout sur un rythme qui ne se relâche pas. Quelques petits breaks deci delà histoire de relancer la machine de plus belle et c'est donc à vitesse grand V que déboulent les 7 titres de ce maxi. Un maxi très homogène même si les titres sont séparés de prés d'un an, pas de bouleversement dans le son ou dans l'approche, The Pookies garde la même ligne directrice ! Basse impeccable ("Last bed"), mélodies simples et efficaces, le groupe est presque un stéréotype du genre ! Les paroles sont assez proches de l'esprit général du mouvement (mais plus proche des conneries de Green Day que des discours de Bad Religion ou Pennywise !) avec notamment "New shoes" ou l'excellent "2:30 AM" où les objectifs du groupe se résument à "parcourir le monde, trouver des filles, passer du bon temps et boire du vin..." Aucune prise de tête donc ! Mais si les groupes de punk à roulette se mettent à se (et à nous) prendre la tête, où irait-on ? Ce Dirty flower est donc un excellent EP pour s'aérer l'esprit et oxygéner ses roulements à bille !