rock Rock > Polar For The Masses

Biographie > P4TM

Les italiens de Polar For The Masses font dans le rock brut racé depuis 2007 avec la sortie de leur premier album, Let me be here. Le label indé Black Nutria (Soyuz, Kild, The Foreign Resort) les repère et le trio signe un deuxième opus en mars 2009. Blended est enregistré au Red House Recording Studio par David Lenci, produit et masterisé à Chicago par Bob Weston Jason Ward. Les italiens ont récemment annoncé la venue d'un troisième album intitulé Silence pour février 2011.

Polar For The Masses / Chronique LP > Silence

Polar For The Masses - Silence Un delay de guitare incoercible à la Tom Morello en fond, la basse prend le dessus, la batterie se pose sereinement, le nouveau Polar For The Masses démarre avec la sobre et timide "Consequences". Ainsi est lancé le troisième album des italiens qui, avec l'agréable Blended, ont su se faire un petit nom dans l'abondante liste des formations à suivre de la scène rock européenne. De nouveau enregistré au Red House Recording Studio avec l'expérimenté David Lenci, Silence surprend, de prime abord, par sa capacité à jouer sur différents tableaux. Là où son prédécesseur cherchait très souvent la voie du riffing rock nerveux, ce petit nouveau vient relativement calmer les ardeurs et du coup équilibrer la balance. En laissant respirer et en imposant ses morceaux d'obédience post-punk ("Ignorance") et rock plus traditionnel ("Sailing away"), mâtiné d'un esprit garage par moment ("The last man" aurait pu être une chanson composée par Jack White (The Whites Stripes et autres The Raconteurs)), Polar For The Masses gravit une nouvelle étape dans son parcours artistique. Les italiens prouvent une nouvelle fois qu'ils ne se sont pas reposés sur leurs lauriers, toujours avec cette rigueur indiscutable. A défaut de nous mettre une baffe, le trio préfère assurer l'essentiel en variant chansons dynamiques prédisposées au dandinement ("Rust", "U.T.W.") et morceaux plus étirés où peuvent s'exprimer les différents éléments instrumentaux et un exercice de double-voix qui ajoute une couleur non négligeable à ce Silence. Seule "Guilty" et sa power-pop émo de choix vient contrecarrer l'ensemble pour finir ce disque qui, il faut bien l'avouer, subit un démarrage assez poussif. Là où certains auraient déjà lâché l'affaire, ces 8 titres se doivent d'être complètement digérés par un nombre d'écoutes suffisant pour pouvoir être appréciés à leur juste valeur. Bon mais pas top, donc.

Polar For The Masses / Chronique LP > Blended

Polar For The Masses - Blended Enfin du rock indé italien ! Bien que cette scène soit vivante, je perdais presque espoir d'en trouver dans ma boîte aux lettres après la ribambelle de disques sombres et bizarroïdes reçus de divers labels transalpins ces derniers mois voire années. Polar For The Masses sort son deuxième album après un Let me be here peu en vue médiatiquement qui n'a sans doute même pas dépassé la frontière italienne. Et ce n'est pas forcément un mal. Black Nutria remet les pendules à l'heure avec Blended, album à la production plus consciencieuse (merci David Lenci, collaborateur auprès de Steve Albini et propriétaire du Red House Recording Studio situé à Senigallia) délivrant des titres affinant davantage la personnalité de ce trio. Si Polar For The Masses ne révolutionne pas le monde du rock, il a l'avantage d'être pourvu d'un son qui rappelle inévitablement les disques de rock pêchus enregistrés en analogique pendant les 90's tels que ceux de Nirvana, The Jesus Lizard ou Oxbow. Les italiens ne lésinent pas sur les rythmiques très solides et incisives sous les effets de lignes de basse profondes et percutantes tandis que les guitares se veulent abrasives, noisy et tranchantes. Energiques, les titres d'une durée relativement courtes (l'album ne fait qu'une demi-heure) oscillent entre un format power-pop classique ("Where your nose is", "The duck") et un style plus progressif où les acteurs laissent monter une ambiance pesante où le doute s'installe ("Nothing's wrong", "Nightclubbing"). Blended est une combinaison gagnante car accessible tout en étant imprégné de cette culture sonore si propre aux nineties comme indiqué ci-dessus. Sans artifice, Polar For The Masses concocte une formule "Back to the basics" qui devrait rassurer les déçus de la nouvelle génération du rock indé trop souvent noyé dans des éléments fastidieux (vive les notes de claviers qui ne servent à rien !) et surestimé par l'effet du buzz.