rock Rock > Poil

Poil / Chronique LP > Brossaklitt

Poil - Brossaklitt La pochette, la durée des 9 titres (près d'une heure...), les titres des morceaux et de l'album : tout chez Poil semble être annonciateur d'un truc vraiment perché. Et ce sera le cas sur Brossaklitt, leur nouvel album. Aucun doute, c'est du Poil, pour le meilleur et pour le pire.

Sur l'introduction de "Fionosphère", le groupe donne l'impression de s'être calmé, sauf qu'on retrouve très vite ce math-déglingo-rock que le combo a développé sur leurs précédentes sorties : le chant est toujours halluciné, les rythmes sont en mode partouze, du coté du clavier, c'est la fête du slip, le propos est assez hypnotique et à rebrousse-Poil. En 10 minutes d'écoute, on passe d'un morceau math-rock à une phase nintendo-core pour ensuite partir vers quelque chose d'assez indéfinissable. Et si tu passes l'épreuve de cette première piste, le reste te séduira également : Poil est probablement l'un des groupes français qui navigue le mieux sur le fil qui sépare le Poilant et l'HorriPoilant. On reste convaincu que la meilleure manière d'appréhender Poil, c'est le live où ça doit vraiment être fou pour le peu que le public mette un peu du sien. A ne pas mettre dans toutes les oreilles (le poil).

Poil / Chronique EP > Dins o cuol

Poil - Dinos o cuol Poil, oui, il s'agit surement du nom de groupe le plus con de cette galaxie mais après quelques écoutes, force est de constater que ça colle admirablement à l'épiderme de leur identité. "Tronche à cul", le premier titre de près de 7 minutes, convainc petit à petit, grâce au clavier distillant des mélodies saugrenues et riches en couleur puis avec des phases maths qui secouent. Un sparadrap vocal très collant qui se répète et imprègne progressivement les neurones, le morceau évolue en un quelque-chose de farouchement indé et indéfinissable. Poil fait valdinguer la vocation de sa musique en deux-temps trois mouvements... Sur ce titre, le groupe s'engouffre dans le parti-pris de l'originalité à tout prix et semble vouloir flirter sur la ligne qui sépare l'irritable et l'irrésistible (ou inversement). Et c'est le second qui l'emporte, la piste se révélant être un tube déviant comme on en fait plus des masses.
Le jusqu'au-boutisme musical continue avec les 3 autres pistes dont aucune ne descend en dessous des 9 minutes, avec malheureusement un trop-plein qui apparaît en milieu de parcours. "Trouille cosmique" constitue malgré tout une piste de choix grâce à ce clavier bi-polaire et une section rythmique qui hypnotise, ensorcelle, déroule sa symbiose sans pour autant que ce soit rébarbatif.
La goutte d'eau qui fait déborder la pinte apparaît avec "Dins O Cuol", un titre qui cumule des idées à la pelle, un sens de l'humour omniprésent ("dans ton cul, dans ton cul..." ) et une inventivité qui fera bander plus d'un musicien. Reste qu'à trop se prendre de la maitrise en pleine tronche et à ouvrir des morceaux à tiroirs qui débouchent sur un autre tiroir qui débouche... encore sur un autre tiroir, mon modeste cerveau se décompose sous les amas de Poil.
Lorsqu'un disque s'avère difficile à appréhender, le chroniqueur consciencieux que je suis a le réflexe d'écouter les morceaux un par un avec une oreille fraiche et il faut bien admettre que le propos est toujours intéressant et singulier, on redécouvre notamment les coups de butoirs rythmiques de "Vilain mandarin". Un groupe qui prend constamment l'auditeur à rebrousse-Poil et qui, par la même occasion, fait preuve d'une grande collection de Poil au cul. A toi de voir comment tu souhaites les consommer... ces Poils. Il parait que c'est savoureux avec une tarte...