placebo : soulmates never die Il y a encore quelques années, on attendait les "cd live" avec une certaine excitation, elle est aujourd'hui décuplée avec la diffusion des DVDs et notre bonheur est bien souvent comblé. Après avoir écoulé prés d'un demi million de son quatrième opus sur le marché français, Placebo nous devait bien un petit "live officiel" , le public français aimant particulièrement le groupe, celui-ci lui a bien rendu en captant avec moultes caméras son concert de Bercy 2003, après le mixage voilà que sort ce DVD Soulmates never die (Live in Paris 2003), une véritable offrande au public. Présentation classe, sobre, du noir et blanc et un peu de bleu/blanc/rouge (ou plutôt du rouge/blanc/bleu), petit livret et le DVD qui contient ce fameux concert de Bercy. Son de folie de rigueur, images "papier glacé", zoom, pauses, ralentis, mix avec celles des écrans géants, public et le groupe en plan plus ou moins large, le tout avec l'ambiance de folie qui règne au Palais des Sports ce soir là, rythmes et riffs ("Bulletproof cupid"), stroboscopes, le rideau tombe et c'est parti ! Titres du dernier opus ("Bitter end", "Plasticine", "I'll be yours", "Special need", "English summer rain", "This picture", "Centerfolds") et tubes des précédents ("Every you every me", "Without you I'm nothing", "Special K", "Taste in men", "Peeping Tom" pour ne citer que ceux-là... ne sont aux abonnés absents que les vieux "Come home", "Teenage angst" et "36 degrees") s'enchaînent sans temps mort, Brian ne s'étend pas trop en français, langue qu'il parle pourtant très bien, concentré, le groupe s'éclate avec ses instrus, joue avec les lumières (superbes) et assure un excellent concert (mais Placebo ne nous a pas habitué à en donner de mauvais !). La machine Placebo tourne à plein régime et noue davantage le lien avec le public sur "Protège-moi" chanté dans sa version française. 20 titres ont déjà été joué quand monte sur scène Franck Black, la soirée se cloture avec l'hymne "Where is my mind ?" chanté et joué en duo avec son créateur la voix cristalline de Brian éclaire celle plus sombre du Pixies, c'est un grand moment comme à chaque fois que ce titre est joué quelque part sur la planète...En bonus, le DVD propose un "documentaire" de 25 minutes : un montage d'images persos prises un peu partout (Seattle, Las Vegas, Mexico, ...) avec des délires, des fans, des échauffements, on passe avec le groupe dans d'un club de 600 personnes à un stade de 35.000 places, le tout vu de l'intérieur, ça ne fera pas date dans l'histoire du documentaire mais ça se laisse regarder au moins une fois... Alors que le concert, lui, on peut s'en délecter au moins jusqu'au prochain...