placebo : once more with feeling Le sous-titre de Once more with feeling annonce la couleur de ce best-of : les singles de 1996 à 2004, pas de sélection particulière, l'intégralité des singles du groupe dans l'ordre chronologique. Cette collection qui fleure bon le cadeau de Noël par et surtout pour la maison de disque est décliné en version collector double CD (avec un deuxième CD composé de remixes et de raretés) et en version DVD (avec les clips...), ici, on se contente de chroniquer la version "classique" et basique. Faut-il revenir sur l'apport de Placebo à la scène rock depuis 1996 ? Non, je vais donc profiter de cette sortie pour faire donner un avis tout à fait personnel et un brin nostalgique sur les quatre albums du groupe européen... "36 degrees", "Teenage angst", "Nancy boy"... que de souvenirs... un album qu'on croyait sans faille mais qui dont la production sonne un peu faiblarde à l'écoute de la suite, l'éponyme aura marqué son époque et les prestations live du combo de cette année 96 resteront à jamais dans ma mémoire. Grâce à la qualité du son et des compos, Without you I'm nothing est certainement leur meilleur album , "Pure morning", "You don't care about us", "Every you every me", "Without you I'm nothing", comment ne pas sombrer sous le charme ? Applaudissements nourris pour cet album et vives critiques pour le suivant Black market music ayant déçu beaucoup de monde à sa sortie, et pourtant les "Taste in men" ou "Slave to the wage" sont de trés bons morceaux, et que de dire de "Special K" ? C'est tout simplement un de mes titres préférés... Le dernier album en date, Sleeping with ghosts, nous rabibochait avec la bande de Molko, terminées les expérimentations hip hop, le groupe remettait le rock sur le devant de la scène, "The bitter end", "This pictiure", "Special needs" et le sublime "English summer rain" sont bien entendu de la partie, ainsi que la version française de "Protect me". Voilà, on a fait le tour ? Non, car on a quand même le droit à deux inédits qui auraient mérité leur place sur un véritable album studio : un "I do" sans surprise et un trés beau et touchant "Twenty years".
Les compils ne remplacent pas l'écoute des albums mais celle-ci aura eu le mérite de me faire replonger dans les trois vieux opus de Placebo...