rock Rock > Peluze

Biographie > Gazon pas maudit

Qu'on se le dise, quand il s'agit de dénicher un groupe indie-emo-rock, les espagnols d'Aloud Music auraient sacrément le nez creux que ça ne nous surprendrait pas plus que ça. Peluze est né en 2002 du côté de la capitale espagnole. Comme quoi à Madrid, on ne pense pas forcément qu'au football. En tous cas, ce trio composé de Mae (chant, guitare), Miguel (basse) et de César (batterie) n'est en aucune façon là pour ça. Influencé dixit leur bio, parle l'indie-rock en provenance des USA, Peluze sonnerait en réalité plutôt rock anglais à la manière d'un Muse.
Ces trois premières années d'existence, le groupe les a passé à sillonner son pays natal en écumant les salles de concert avec leur émo-rock qui claque et leur groove très personnel. Comme ça marchait plutôt bien auprès du public, Peluze s'est décidé à s'enfermer dans un studio et a y enregistrer un premier EP. Les trois espagnols n'avaient pas trop envie de se prendre la tête sur le titre, ils l'ont du coup (très) sobrement baptisés !?. avant de le sortir dans les bacs au printemps 2005.

Peluze / Chronique EP > !?.

Peluze : ?!. !?., voilà qui sent à plein nez la flemmardise du groupe qui ne sait absolument pas comment baptiser son premier effort. Et pourtant, à y regarder de plus près... peut-être pas finalement. Parce qu'il faut le reconnaître, !?., c'est à peu de chose près la tête que l'on doit faire au terme de la première écoute des cinq titres de ce maxi.
Un chant qui renvoie inévitablement à Muse, des arrangements qui font par moments penser à du Coldplay, "Moonlight", premier morceau de ce premier effort de Peluze marche sur les plates-bandes de groupes qui pour faire court, ont l'habitude d'atomiser les charts dès qu'ils sortent un disque. N'allez pas pour autant les taxer d'opportunistes, les trois espagnols de Peluze, s'il ont des influences évidentes, ne se limitent pas uniquement à ça. "Stereotalks" et surtout "Love ?" sont à ce titre des morceaux qui se distinguent par leur puissance mélodique et la qualités des parties instrumentales; lesquelles se rapprochent de par leur intensité de ce que savent faire les anglais d'Oceansize.
Rythmiques percutantes, basses lourdes et résonnantes, avec "6,6", Peluze balance sur les platines un titre émo-rock impressionnant de maîtrise et excellemment produit. Un morceau aux influences pleinement assumées, qui ne semble jamais vouloir s'arrêter tant il reste dans la tête de longues minutes après l'avoir écouté. Apparemment inspirés par le rock anglais des 90's, les espagnols s'offrent en guise de final un titre pas vraiment d'une originalité folle, un peu déjà vu ailleurs, mais rythmé, efficace et plutôt sympathique. "Heroes" mettant donc une touche finale au premier essai plutôt très réussi de ce trio espagnol qui semble encore en avoir sous la pédale.
Talentueux et prometteurs les Peluze nous offrent avec !?. un maxi fort efficace et qui se laisse volontier écouter. A suivre sans aucun doute, même si le trio gagnerait sans doute à s'affranchir un peu plus des influences de certains groupes phares de la scène pop-rock britannique.