rock Rock > Pegazio

Biographie > Dream team from Charentes

Pegazio est une nouvelle dream team made in france : Luis Francesco Arena (Headcases) aux voices et aux guitares, Matgaz le bien nommé (Headcases, Glasnost, Billy Gaz Station) aux baguettes et Yohan (Microfilm) à la basse. Et ouais, rien que ça. Pour tout vous dire, on a rien vu arrivé, et ça déboule comme ça, chez Kicking Records, en coprod avec l'ami Ritchie Dog Days Records et Furne Records. Rien que le pédigré des trois gars suffit à savoir que ça va envoyer du lourd dans un style rock noisy chers aux défunts Headcases. Stagteckniek, quatre titres enregistré en août 2009, sera la première carte de visite du trio qui enquille quelques dates au printemps histoire, dixit le groupe, de "rôder la bête".

Pegazio / Chronique EP > Stagteckniek

Stagteckniek J'aime ces enveloppes brunes mi format cachetées Kicking Records. Parce que ça sent bon, très bon même...Et une fois de plus, ma hi-fi va se régaler avec Stagteckniek, première galette de Pegazio. Si vous êtes des lecteurs logiques (ce dont je ne doute pas), vous aurez remarqué, à la lecture de la biographie, que les trois gaziers composant ce groupe magique ne sont pas nés de la dernière pluie. Et si vous n'avez pas lu la bio, dépêchez vous d'aller collecter les infos, et revenez tout de suite après. C'est bon, on peut continuer ? Ou est étais-je ? ah, oui, j'allais vous dire que je suis tombé amoureux de Pegazio à la première écoute, ce qui ne m'arrive pas tous les jours. Car Pegazio accumule les bons points : musique entraînante sortant des sentiers battus, pop vigoureuse et rock mélodieux, voix mélodieuse et savoureuse, et morceaux intelligents. Rien que ça !! Pour les amoureux de l'indie rock et les nostalgiques des 90's, ce groupe vous bluffera autant qu'il vous enchantera. On peut penser que quatre titres seront insuffisants pour se faire une idée précise, mais ces morceaux sont tellement riches et harmonieux que Pegazio s'est intelligemment forgé une identité qui lui est propre. La noise côtoie la pop, les mélodies planantes font mouche tout autant que les refrains entraînants et les breaks écorchés : pas de doute, on a affaire a du très lourd. Pegazio se réclame de Polvo, The Paperchase et Slint, je dirais juste (et c'est déjà assez) que le cadavre encore chaud (dans les coeurs) d'Headcases renaît de ses cendres pour le plus grand plaisir des nombreux nostalgiques lâchement abandonnés il y a quelques années. Faites entrez l'accusé, Pegazio rentre dans l'arène du rock classieux et mélodieux et ça risque de faire mal !