parabellum : anthologie video Que recèle cette Anthologie vidéo ? Et bien tout plein de choses filmées en vidéo... Dingue ça... Ce DVD s'adresse donc aux fans absolus du groupe qui voudront encore mieux le connaître et le découvrir un peu dans l'intimité (de leur piscine ?)... Si ce n'est pas un DVD live, on trouve tout de même pas mal d'extraits au cours du documentaire "Retour vers le "no future"" dont la reprise du cultissime "Cayenne" en intégralité (mais que font les parlementaires ?) et 3 titres live avec l'incontournable et toujours d'actualité "Anarchie en Chiraquie" (le titre date de 1988...). Et comme Parabellum est d'abord un groupe de live, ils ont placé 6 titres "live à la télé", quoi les Para à la télé en France ? Et pour 6 titres ? Ils sont tous extraits de l'émission Rock presse club que Philippe Manoeuvre avait sur Canal Jimmy, un plateau quasi vide, 3 spots et un son trés propre pour une autre façon d'écouter le groupe parisiano-lorrain, en effet ils s'amusent surtout à faire des reprises (les Beatles, les Rolling Stones, du Johnny et du John Lennon !).
Dans une Anthologie vidéo on s'attend à retrouver tous les clips du combo, là, c'est vite fait car il n'y en a que trois ("Cayenne", "A Saint-Lazare" et "Week-end d'enfer")... En bonus il y a le diaporama avec des photos, des pass, des flyers et quelques cartes postales, le tout défilant sur la musique des Parabellum bien évidement, nostalgiques s'abstenir !!!
Le gros du DVD ce sont deux documentaires, "Retour vers le "no future"" propose 35 minutes de paroles plus ou moins sages sur le rock et le star-systeme (avec la magnifique scène de la piscine), très sympathique d'entendre les lascars discuter de leur modeste condition de rockeur invétéré (et oui, aujourd'hui ils sont plus des rockers que des "punks"). L'autre docu s'étend sur pratiquement une heure et retrace la création de Bordel inside : composition, répétition, choix des titres, enregistrement, plantages, mixage, mastering (à La Source), pressage, on vit toutes les étapes de la création du disque et c'est un régal (et assez instructif, que l'on soit fan ou pas de Parabellum).