Rock Rock > Orphee's Cry

Biographie > Les larmes d'Orphée

Les Orphee's Cry ont commencé à jouer ensemble à l'âge de quinze ans. Mehdi Major (chant- guitare), Valentin Gloriod (basse -chœurs) et Tom Darras (batterie - chœurs) ont finalement enregistré leur premier EP quatre titres en 2008, intitulé This is OC EP. Ils avaient auparavant participé au Fallenfest Festival de 2007/2008 pour terminer premier dans la catégorie des Jeunes Talents. Ils ont déjà joué dans les salles du Trabendo, de La Cigale, du Nouveau Casino et du Old Blue Last. Leur deuxième EP Heartbreak in stereo sort le 12 décembre 2009.

Orphee's Cry / Chronique EP > Heartbreak in stereo

Orphee's Cry - Heartbreak in stereo Heartbreak in stereo ou "Peine de cœur en stéréo" est le nouvel EP du combo Orphee's Cry presque deux ans après This is the OC EP. Un trio qui nous vient d'Ile-de-France, "encore un groupe de rock pour fils à papa" me direz-vous... Dommage pour vous, Orphee's Cry n'est pas de ceux-là, prouvant bien que la capitale n'accouche pas que de mièvres combos clonés. Au contraire de ces formations trop (stéréo)typées "glam rock", le trio a le mérite de composer à la fois des morceaux alternatifs et de proposer des textes qui restent dans la lignée du rock anglais pour ce qui est du chant (Blur, The Kooks, Brooklyn, etc...). Le cocktail servi par le groupe n'est pas un déchaîné de riffs frénétiques et répétitifs, mais construit un cadre plus posé, plus post-rock que ce que le chant laisse à penser lors de la toute première découverte de ce jeune trio. So, "Leave your pain, Then listen".
Dès le premier morceau "Heartbreak in stereo", les textes font naturellement acte de présence en interpellant notre écoute, "Put your headphones on and listen... Put that brand new sound and forget her. Let your shame behind and scream again". Des interludes instrumentaux viennent renforcer le sentiment mis à nu lorsque le chant se tait, lui donnant plus de puissance et un côté aérien qui rejoint l'image qu'on se fait du rock alternatif. Le début de "Born to dream" nous rappelle le folk avant d'être mixé à des tonalités plus pop aux paroles lascives et langoureuses "Touch me, kiss me. Awake me, fuck me" qui nous entraînent dans une déferlante passagère de chœurs et d'instruments. Il en est de même avec "Heroin" qui contient un solide solo de guitare. La suite est étonnante car comparé au morceau précédemment cité "What if" est un morceau tendre et naïf "Would you give me an other chance ? Would you love me if I cry? Would you love me if I cry ?", le tout rythmé par une guitare aux accents folk, à la batterie discrète et à la basse plus fondue qu'auparavant. Le timbre de voix du chanteur donne un côté délicat à l'ensemble, ce qui ne plaira pas à tous, mais ça c'est à vous de voir. "Put your headphones on and listen".