Compilation Dark 80's Atropine Records qui sort une compilation de covers sobrement baptisée Dark 80's, sur le papier, ça fait à la fois envie mais également un peu peur. Les années 80 tout ça.. Puis on se pose deux secondes, on se souvient qu'il s'agit là du label de Caldera, Llorah ou Year of No Light et que ça ne peut donc décemment pas être pire que ce à quoi l'on s'attend. A ce moment-là, on se penche sur le traditionnel "qui fait quoi ?" et on découvre que les quatre groupes signataires de cette (courte) compilation ne sont rien moins qu'Abronzius (que l'on ne connaît pas, ça commence bien), Kill the Thrill, One Second Riot et Year of No Light, trois valeurs sûres de la scène hexagonale. Là tout de suite, ça calme... D'autant plus que les groupes repris sur ce Dark 80's ne sont rien moins que les Cure, Joy Division et Killing Joke. On a quand même fait largement pire, même dans les années 80.
On se jette alors à l'eau et là, on se fait cueillir par les One Second Riot, déjà connus par ici pour avoir commis quelques méfaits particulièrement brûlants, qui reprennent avec leur style habituel le "One hundred years" de The Cure. Ce style justement, façonné dans l'encre noire du mélange de la noise et du punk, lesté de quelques parpaings post-hardcore et délicatement enveloppé d'un léger mais oppressant voile industriel. Fatalement, le résultat est à la fois âpre, intense, quelque peu sauvage et surtout bluffant de maîtrise. La new-wave passée au stroboscope noise/punk/indus de OSR, c'est officiellement une tuerie. Qu'on se le dise : One Second Riot est grand, c'est comme ça et pas autrement. Place à la seconde piste audio signée Abronzius pour une nouvelle cover de Robert Smith et sa bande : "Charlotte sometimes". Derrière cet étrange pseudonyme qu'est "Abronzius" se cachent en réalité deux membres d'Overmars, embarqués dans une aventure parallèle folk intimiste, plus mélancolique et "aérée" que leur projet principal. Inattendu, le résultat se révèle ici, à la fois, sensible, fragile et douloureusement à fleur de peau.
Deux titres en guise de semi-découvertes pour les plus ou moins néophytes et voici désormais que s'avancent les deux poids-lourds de cette compil : Kill the Thrill et Year of No Light. Pour les premiers, dont on n'a plus trop de nouvelles depuis 2005 et leur foudroyant Tellurique, on droit à une reprise très solide et vénéneuse du "The pandys are coming" des Killing Joke. Efficace, saturée mais en quand même en deça de ce qui va suivre. Car le groupe chargé de sceller les débats est ici Year of No Light. Prolifique, porté aux nues après un Nord aussi magistral que viscéral, le collectif bordelais est désormais attendu au tournant. Mais ne déçoit aucunement avec cette cover sursaturée du "Disorder" de Joy Division. Le résultat est proprement bluffant, le groupe s'amusant à démembrer le matériau initial pour le réassembler à sa manière, étirant le morceau encore et encore pour en ralentir le tempo et de fait en modifier l'essence-même. Osé. Guitares épaisses et rythmiques pesantes, une brume métallique qui obscurcit l'horizon immédiat, effaçant les dernières poussières post-punk de l'oeuvre originelle et une réappropriation de grande classe. Là, on s'incline et après avoir pris une nouvelle claque, on se dit que cette petite compilation Dark 80's a décidément tout d'une grande...