the offspring : splinter Mais qu'est-ce qu'ils leur ont fait ? C'est la question que je me pose quand je lis 4 pages consacrées à la médiocrité d'un groupe... si c'est toujours plus facile de casser des groupes qui marchent que d'encourager ceux qui ne marchent pas encore, ça n'explique pas tout... Surtout que The Offspring existait bien avant "Come out and play", peut-être sont-ils agacés d'avoir encore raté en son temps l'essor d'un "nouveau mouvement rock" (juste après avoir raté le grunge, avant de louper complètement le néo et en étant en train de passer à côté de "l'émo") et justifient-ils ce raté pas "c'est mauvais alors on en parle pas, reparlons des Beatles...". Ou alors est-ce pour ce terme "punk", je suis né en 77, ça fait de moi un fils du punk ? Certainement pas, pas plus que The Offspring qui n'a jamais revendiqué une filiation directe avec les Clash ou les Pistols dans leur style, des influences sur l'écriture des textes à leurs débuts, écouter ces groupes, oui, mais de là à vouloir refaire la même chose 15 ans après c'est une autre histoire ! Et si en 1989, l'auteur de l'article avait écouté "Kill the president", il aurait pu les accuser de pomper l'idée contestataire de "God save the queen" ! Sauf que The Offspring est un groupe californien plus intéressé par la plage que par la révolte sociale, qui se borne à écrire des chansons efficaces, à peine plus compliquées que les standards punks de la "grande époque" et de vendre des millions d'albums à l'heure où d'autres punks se réunissent dans des parcs pour donner des concerts événements lors de reformation incomplète... et purement financières ? Reste cette question, pourquoi tailler un groupe qui a réussi ? Et surtout pourquoi aujourd'hui, quand sort Splinter, l'album le plus intéressant depuis Smash ? D'où vient cette rancune ? Pourquoi tant de haine ? Pourquoi ne pas mettre son énergie dans les jeunes groupes qui n'ont pas cette couverture médiatique ? C'est qu'il faut savoir ce qu'il se passe sur le terrain aujourd'hui pour en parler, ce n'est pas en restant dans son salon à écouter Elvis en son 6.1 SACD machin qu'on se tient au courant des rock et folklore actuels, c'est tellement plus facile de comparer un passé révolu à un présent actif. Les anciens combattants devraient prendre leur retraite définitivement ou ouvrir des musées...

Pourquoi une telle réaction de ma part ? Tout simplement parce que Splinter est certainement le meilleur album du combo californien depuis Smash, je sais, je l'ai déjà dit... En une trentaine de minutes et à peu prés 12 titres, The Offspring s'offre une cure de jouvence nous rappellant aux bons souvenirs de leur tout premier opus éponyme ! "The noose" introduit la grosse frappe de Josh Freeze (A Perfect Circle mais surtout The Vandals, ils sont punks eux non ? et un batteur de studio hors pair) qui a remplacé Ron Welty au pied levé, ce break sur un riff qui relance la machine, ce son, nous revoilà replongé en 1989. Oui, The Offspring ne se casse pas le cul à faire évoluer sa musique, mais depuis quand les (néo)punks cherchent-ils à faire évoluer leur style ? Les "Lightning rod" (excellent) et "Da hui" sont du même tonneau, jouissifs donc ! Fidèle à lui-même, le combo place des choeurs (pas toujours du meilleur goût : "Long way home", "Never gonna find me"), un titre "calme" avec un "Race against myself" assez réussi, et deux titres qui sortent de l'ordinaire avec le cuivré "The worst hangover ever" et le décalé "When you're in prison". A côté de tout cela, ils fournissent une cargaison de tubes en puissance qui raviront les kids et les radios : "Hit that", "(Can't get my) head around you" et "Spare me the details" ont le même potentiel que les tubes des 3 derniers opus.
Ainsi, Splinter offre un éventail large de ce que sait faire The Offspring avec de gros clins d'oeil à The Offspring sorti il y a prés de 15 ans ! En bonus CDRom, on a le clip de "Da hui", le commentaire dudit clip, des images de l'enregistrement, la visite des studios, deux mp3 (dont une version hawaïenne de "The kids aren't alright" !), des fonds d'écran... des bonus gratuits qui raviront les amateurs et ne feront pas chier ceux que ça n'intéressent pas qui ont certainement mieux à faire.