Octarine - Doxa Quand Doxa commence avec des stridents pick slides enchevêtrés et installe rapidement une atmosphère électrique, on sait que la foudre va nous tomber sur le cabestron. Et c'est rapidement chose faite avec un gros riff de guitare, un chant appuyé, une basse lourde et une batterie en mode multi fûts. Mais si Octarine envoie ce qu'il faut dans les écoutilles, c'est plus orienté vers un rock puissant que violent. Sans agressivité mais avec un tempo accrocheur, des partitions riches et un chant mélodique, chaque élément du groupe étant sur un même pied d'égalité. Et comme dirait mon garagiste : "pour qu'une voiture avance vite, faut que ses 4 roues aillent à la même vitesse". Les 4 musicos d'Octarine ayant ce même niveau de technicité et d'inventivité, il y a une sacrée bonne énergie naturelle qui se dégage de ce deuxième EP de 4 titres des Toulousains. Une énergie magique ? A toi de voir si la musique d'Octarine porte bien son nom, puisque leur patronyme provient de la saga Fantasy du romancier Terry Pratchett (les livres du Disque-monde). L'octarine étant une couleur imaginaire, celle de la magie, visible uniquement par les sorciers et les chats. En ce qui concerne leur musique, elle est disponible pour tous, et c'est tant mieux.